Gabon: Michel Menga tente de rassurer les partenaires sociaux sur la réforme des bourses

Le ministre de l’Education nationale chargé de la Formation civique, Michel Menga M'Essone lors de la rencontre avec les partenaires sociaux © D.R

Dans l’optique d’apaiser le climat social tendu au lendemain de l’annonce des nouvelles réformes sur l’éducation, notamment l’attribution des bourses, le ministre d’Etat, ministre de l’Education nationale chargé de la Formation civique, Michel Menga M’Essone a rencontré les parties prenantes le dimanche 14 avril 2019 au Lycée national Léon Mba de Libreville. Le représentant du gouvernement s’est voulu rassembleur et allié des syndicats dans cette crise, mais ces derniers ne l’ont pas entendu de cette oreille.

Convaincu que les nouvelles orientations d’attribution des bourses seront in fine acceptées par les partenaires sociaux, Michel Menga M’Essone a réuni ce dimanche 14 avril 2019 les syndicats des enseignants, les coopératives des lycées, les représentants des associations des parents d’élèves et les responsables de l’administration gabonaise au lycée national Léon Mba de Libreville, pour une séance de travail, lit-on dans un communiqué du ministère.

La convocation en catimini de cette réunion est la conséquence de la grogne sociale qui secoue le pays depuis la sortie du gouvernement sur les nouvelles réformes d’attribution de bourses et des marches de protestation enregistrées dans tout le pays. Le gouvernement aurait choisi le dialogue pour calmer les choses. « Dans la volonté de dialogue permanent du gouvernement, le Ministre d’Etat, ministre de l’Education nationale chargé de la Formation civique, Michel Menga a présidé une séance de travail avec les différents acteurs du secteur éducatif », précise le communiqué.

Cette rencontre a également été l’occasion pour le membre du gouvernement d’expliquer la réforme et de tenter de rassurer les partenaires sociaux quant au bien-fondé de ces mesures quoique jugées impopulaires par l’opinion nationale. « Je ne suis pas votre adversaire, je tiens à le dire solennellement. Je suis avec vous et je vous représente au gouvernement. Nous sommes ensemble dans cette situation mais nous devons sauver notre système éducatif  », a-t-il signifié.

Pour les élèves présents, cette réforme n’est pas une mauvaise chose en soi. Cependant, il est nécessaire que le gouvernement réunisse les conditions de l’excellence avant de l’appliquer. « Nous sommes d’accord avec l’excellence, nous sommes tous conscients que nous sommes l’avenir de ce pays. Nous souhaitons juste que toutes les conditions soient réunies pour que nous puissions atteindre cette excellence », a déclaré Jean-René Koumba, élève en terminale A1.

La séance de travail que le ministre d’Etat a voulue cordiale s’est terminée en queue de poisson. En effet, les onze syndicats présents ont tous décidé de quitter la salle pour désaccord sur les termes de cette rencontre. Nous y reviendrons.

Laissez votre commentaire