samedi,23 janvier 2021
Accueil A La Une Gabon: Me Ntoutoume réussit le pari de la prestation de serment des...

Gabon: Me Ntoutoume réussit le pari de la prestation de serment des avocats stagiaires

Au terme d’une bataille judiciaire d’une teneur particulièrement importante eu égard à la volonté étrange des requérants de s’opposer à la prestation de serment des avocats stagiaires, Me Lubin Ntoutoume  a finalement permis au Gabon de se doter de 32 nouveaux avocats. Une victoire pour cet homme qui depuis deux ans, s’illustre de façon positive tout le contraire de son prédécesseur maître Jean-Pierre Akumbu, qui faisait partie des avocats ayant saisi le Conseil d’Etat pour bloquer la prestation de serment des avocats postulants. 

Le 29 décembre 2020 dernier, 32 jeunes Gabonais postulant à la profession d’avocat, ont pu, au terme de plusieurs atermoiements judiciaires, prêté serment et accéder par la même l’ occasion, à la profession d’avocat.  « Saisi par Maitres Justin Taty et Jean-Pierre Akumbu aux fins de lui demander de revenir sur sa décision du 24 novembre dernier, par laquelle il donnait mandat au bureau de l’Ordre des avocats d’organiser les élections de renouvellement du bureau au plus tard le 7 janvier 2021, le Conseil d’Etat s’est déclaré incompétent le 22 décembre », a-t-on pu lire dans le n° 713 du 4 janvier 2021 de l’Hebdomadaire Échos du Nord.

Une incompétence du Conseil d’Etat dont la conséquence immédiate est la fin du feuilleton judiciaire qui a agité le barreau du Gabon et accessoirement tous les auxiliaires de justice qui d’une façon ou d’une autre étaient concernés par cette « guérilla judiciaire » entre certains avocats et le bureau de l’Ordre. Une bataille qui avait été en amont menée par « Me Gisèle Eyue qui avait finalement convaincu le Conseil d’Etat de surseoir les activités du barreau jusqu’au rendu de sa décision consécutive à la plainte déposée par cette dernière contre le bâtonnier, Me Lubin Ntoutoume », précise en outre Echos du Nord. 
Avec la plainte de maîtres Justin Taty et Jean-Pierre Akumbu, postérieure à celle de Me Gisèle Eyue, le barreau du Gabon a été attaqué par deux fois dont l’une pour demander au Conseil d’Etat de se « déjuger et de nommer un bâtonnier intérimaire ».

Des faits révélateurs des tensions et de l’état d’esprit au sein de l’Ordre des avocats qui au final n’auront ébranlé en rien la ferme détermination de Me Lubin Ntoutoume qui « a réussi à enrichir le barreau du Gabon de 32 avocats alors que Me Akumbu, en dix ans, n’a pas organisé une seule prestation de serment ». Et c’est là, le seul fait sur lequel tout le monde devrait s’attarder, car en définitive, l’objectif est atteint : le Gabon s’est doté de 32 nouveaux conseils près d’une décennie sans renouvellement dans la confrérie.

Laissez votre commentaire

Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Bestheinfusion