Gabon: Me Mayila réfute toute complicité à une machination au sommet de l’Etat

Me Louis Gaston Mayila au cours de l'interview exclusive accordé à GMT

Maître Louis Gaston Mayila aurait-il bouleversé les plans de certains hommes politiques en proposant la réconciliation nationale ? C’est en tout cas ce que pense le président de l’Union pour la Nouvelle République (UPNR) qui dit subir un acharnement de la part de certains de ses compatriotes. Accusé sur les réseaux sociaux par un activiste gabonais résident en France, surnommé « Judicaël Jeday », d’être le sosie d’Ali Bongo Ondimba depuis son AVC, le président de l’UPNR a réagi sur nos colonnes ce matin dans une interview exclusive.



A la question de savoir s’il est la personne que l’on voit apparaître sur les vidéos du 31 décembre 2018 et du 16 janvier dernier où l’on voyait le président de la République Ali Bongo Ondimba, Me Mayila a tenu à clarifier les choses. « Je voudrais dire que cet acharnement à me vouloir aux côtés d’Ali ne fera pas de moi quelqu’un qui serait opposant le jour et  au pouvoir le soir », a-t-il déclaré.

Il n’a pas manqué de rappeler avoir été aux côtés de feu Pierre Mamboundou en 2009 et de Jean Ping en 2016 contre Ali Bongo Ondimba. Le président de l’UPNR refuse d’être associé à une quelconque machination politique contre le peuple gabonais. Il dit d’ailleurs avoir dit non aux différents appels aux dialogues qu’il qualifie de « monologue ».

Pour rappel, c’est dans une vidéo diffusée en direct sur facebook, qu’un certain Judicaël Jeday appelait Maître Louis Gaston Mayila, président de l’Union pour une Nouvelle République (UPNR), à « faire un live » justifiant sa « non-participation à la machination au sommet de l’Etat ». Dance cette vidéo, l’activiste gabonais qui affirme que le président de la République Ali Bongo Ondimba est décédé, tente de démontrer que Me Mayila serait son sosie, depuis son accident vasculaire cérébral (AVC) le 24 octobre 2018.

L’activiste affirme que le voyage du président de l’UPNR au Maroc avait pour objectif de remplacer le Chef de l’Etat lors de ses apparitions publiques. Pour prouver ses allégations, il procède à une démonstration avec plusieurs images de Mayila et du « sosie d’Ali Bongo », selon ses dires, en tentant de montrer les similitudes entre les deux personnes.

Maître Louis Gaston Mayila est convaincu de ce que toute cette cabale ourdie contre sa personne serait  l’œuvre de nervis envoyés par tous ceux qui s’opposent à la réconciliation nationale qu’il appelle de tous ses vœux. Selon lui, cet appel à la réconciliation qu’il a lancé avec 44 partis politiques le 31 décembre 2018 à la Chambre de Commerce de Libreville semble déranger certains hommes politiques du pouvoir qui voudraient le discréditer.

A ceux-là, il rappelle qu’il leur a dit ce 31 décembre 2018 à la chambre de commerce de Libreville ceci : « Au stade où nous sommes arrivés, il faudrait une transition de deux ans pour mettre le pays sur les rails ». Des propos qu’il a maintenus  aux ondes de Radio France Internationale (RFI) au lendemain de la prise de parole du président de la République en précisant que « si le président se portait si bien que cela, c’était ici (au Gabon : ndlr) qu’il fallait qu’il vienne faire sa déclaration ».

« Je ne suis pas avec la majorité. Je ne suis pas avec Ali. Je ne suis pas dans la mascarade qui a lieu en ce moment. Cela ne me regarde pas », conclut Me Louis Gaston Mayila qui souhaite que cette instrumentalisation des compatriotes contre sa personne prenne fin. 

Ferdinand Demba

Laissez votre commentaire