mardi,20 avril 2021
AccueilA La UneGabon: Matha réclame 35 milliards pour assurer la collecte des ordures et...

Gabon: Matha réclame 35 milliards pour assurer la collecte des ordures et l’administration du territoire

Présent face aux députés ce jeudi 10 décembre, le ministre de l’Intérieur Lambert-Noël Matha a défendu son projet de budget pour l’exercice 2021. Axé sur la collecte d’ordures ménagères devenue depuis quelques années un problème majeur et sur l’administration du territoire, cette audition du membre du gouvernement devant les sénateurs membres de la Commission des finances, a débouché sur une demande globale de plus 35 milliards de FCFA pour 2021.

Adopté le 13 octobre dernier en Conseil des ministres, le projet de loi de finances 2021 est actuellement scruté de manière intensive notamment par les sénateurs membres de la Commission des finances. Souhaitant connaître l’utilisation qui sera faite des fonds alloués aux différents départements ministériels, ces derniers multiplient les auditions. Dernière en date, celle du ministre de l’Intérieur Lambert-Noël Matha.

Ainsi, présent face aux « honorables » ce jeudi 10 décembre, le ministre de l’Intérieur a présenté son plan visant à « assurer efficacement les missions de salubrité publique liée à la collecte d’ordures ménagères dans la ville de Libreville », mais également à assurer toujours « efficacement » l’administration du territoire. Le moins que l’on puisse dire, c’est que pour assurer ces deux missions, Matha compte mettre les petits plats dans les grands.

En effet, dans le cadre de ces deux missions, le ministre de l’Intérieur a présenté un budget global de 35 milliards de FCFA, soit 7 milliards de FCFA pour la collecte d’ordures et 28 milliards de FCFA pour l’administration du territoire. Une somme jugée excessive par les sénateurs qui ont notamment souligné « le contraste criard entre les dotations allouées à ces pans de la politique publique et la dégradation observée dans ces deux secteurs ».

Si le ministre a insisté sur sa « détermination à assurer ces deux missions », il s’est donc heurté au scepticisme de certains sénateurs qui attendent toujours que le projet de construction de deux usines de traitement d’ordures annoncé il y a deux ans, voit le jour. Même constat pour ce qui est de l’administration du territoire, puisqu’en matière d’absence de criminalité et de violence contre les civils notamment, le Gabon reste un des mauvais élèves sur le continent comme le suggère l’Indice Mo Ibrahim 2019.

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttps://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Bestheinfusion