Gabon-Mali / Absence d’Aubameyang: à quoi joue la Fegafoot ?

Pierre Alain Mounguengui, Président de la Fegafoot © GMT

Encastrés dans un nouveau conflit par communications interposées, Pierre Emerick Aubameyang et la Fédération gabonaise de football (Fégafoot) se livrent une nouvelle bataille de chiffonnier, à la veille d’un rendez vous crucial pour la sélection. Ainsi, alors que la Fégafoot a « évasivement » communiqué sur la non présence du capitaine des Panthères pour le prochain match, ce dernier a apporté un démenti, qui met une fois de plus (de trop) les manœuvres de l’instance faîtière du sport roi gabonais à mal.

Convoqué par le sélectionneur national Daniel Cousin pour le prochain rendez-vous des Panthères face au Mali, Pierre Emerick Aubameyang n’a pas pu répondre à l’appel du fait d’un « mal de dos ». Ainsi, le joueur d’Arsenal par le biais de son docteur, a contacté la Fégafoot, qui aurait par la suite fait de la rétention d’informations et créé un nouveau climat délétère, à la veille d’un match important.

En effet, ayant reçu le « mail » du docteur de PEA 24 heures avant le rassemblement, la Fegafoot aurait sciemment omis, de le signaler au public comme il est d’usage. Pour preuve, dans le même laps de temps, Anthony Martial (Manchester United) a signalé à la Fédération française son indisponibilité, et celle ci a immédiatement communiqué. Cette nouvelle « bourde » révélatrice d’un « amateurisme » patent de la Fédé, soulève deux questions: dans quel but la Fégafoot a t-elle agit de la sorte ? A qui profite cette situation ?

Si on se fie au chaos généré par cette démarche contre productive, on se rend immédiatement compte que les agissements de la Fégafoot ne profitent à personne, encore moins au public gabonais. A la question de savoir dans quel but, la réponse est sans aucun doute « la recherche d’intérêts personnels ». Une source proche de ce dossier, a d’ailleurs indiqué, que la Fégafoot, souhaitait créer ce chaos pour imputer un hypothétique échec au FNDS dirigé par Igor Simard, avec qui elle est en conflit depuis « l’affaire de l’avion ».

Alors que le pays est plongé depuis de longs mois dans un marasme socio-économique qui n’incite pas à la gaieté, le football constitue pour beaucoup un exutoire. Ce nouvel épisode porte les stigmates d’une situation qui n’a que trop duré. Après avoir investi des milliards de Fcfa dans des infrastructures pour développer le football, il serait grand temps de changer son organisation, car, une non qualification pour la prochaine CAN au Cameroun voisin, serait tout simplement dramatique.

Ceci étant, bien que les prises de position de Pierre Emerick Aubameyang soient légitimes, son attitude en tant que leader incontesté de l’effectif, peut être remise en cause. Au regard du rendez-vous capital qui attend ses coéquipiers, le joueur d’Arsenal aurait pu même blessé, se rendre à Libreville ne serait-ce que pour pousser ses jeunes coéquipiers. Exemple de réussite, de rigueur et de professionnalisme pour ces derniers, sa présence même sur le banc, aurait rassuré plus d’uns.

Laissez votre commentaire