jeudi,27 janvier 2022
AccueilDerniers articlesGabon: Maître Chaka placé sous mandat de dépôt à «sans famille» pour...

Gabon: Maître Chaka placé sous mandat de dépôt à «sans famille» pour pédophilie !

Ecouter cet article

Gardé à vue dans le cadre de l’enquête préliminaire autour des soupçons d’abus sexuels sur mineurs durant l’exercice de ses fonctions d’entraîneur de taekwondo, Martin Aveira alias « Maître Chaka » a été inculpé par le parquet de Libreville pour « pédophilie » et « abus sexuels ». Ce dernier a finalement été placé, mercredi 12 janvier 2022, sous mandat de dépôt à la Prison centrale sise au quartier Gros-bouquet.

Les présumés prédateurs sexuels dénoncés par des victimes qui se seraient confiées au journaliste d’investigation indépendant Romain Molina, semblent connaître le même sort. En effet, après les coachs Capello, Kolo, et Mikala, dans le monde du football, c’est au tour de Maître Chaka, d’être placé sous mandat de dépôt à la prison centrale de Libreville. L’intéressé devrait méditer sur son sort en attendant d’être jugé pour « pédophilie » et « abus sexuels ».

Il lui est notamment reproché d’avoir été un membre important d’un vaste réseau de pédophilie dans le monde des arts martiaux au Gabon.  Un réseau où seuls ceux qui auraient « donné leurs fesses aux encadreurs, pouvaient aspirer à être sélectionnés pour les compétitions internationales », révélait Romain Molina dans un entretien accordé à Gabon Media Time (GMT). Il aurait « reçu des témoignages d’au moins une dizaine de familles, dont la plupart concernent des enfants de 10 à 14 ans, agressé(s) sexuellement depuis les années 90 », avait-il précisé. 

Aux faits de ces dénonciations scandaleuses, , le procureur de la République, André Patrick Roponat, avait annoncé en conférence de presse organisée en fin décembre 2021, que l’enquête se poursuit et que la Justice gabonaise se montrera intransigeante face à ces pédocriminels. À l’occasion il avait annoncé la mise sous mandat de dépôt de Patrick Assoumou Eyi, Orphée Mickala et Triphal Mabicka. Pour sa part le chef de l’État Ali Bongo Ondimba avait évoqué une affaire « très grave et inacceptable ». Le ton est donné !

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop