mardi,27 septembre 2022
AccueilA La UneGabon: l'UPPIG et le RENAJI accusent la communication présidentielle d'entretenir la guerre...

Gabon: l’UPPIG et le RENAJI accusent la communication présidentielle d’entretenir la guerre dans le secteur de la presse

Ecouter cet article

C’est au cours d’une déclaration commune rendue publique le week-end écoulé que  L’Union des patrons de la presse indépendante du Gabon (UPPIG) et  Réseau national des journalistes indépendants (RENAJI) ont tenu à réagir au récent communiqué de la Haute autorité de la communication abordant le manque de cohésion professionnelle entre les  médias de la presse privée. S’ils se sont félicités de cette sortie du régulateur de la presse, ces organisations ont accusé des responsables de la communication présidentielle qui seraient à l’origine de la guerre médiatique observée ces dernières années.  

En effet, outre le manque de cohésion professionnelle entre les  médias de la presse privée, les membres de ces deux organisations ont fustigé “le mépris de l’éthique et de la déontologie journalistique” dont seraient désormais coutumier des médias fantoches dont ni les responsables ni les journalistes encore moins les siège social sont connus de toutes les autorités de la République. Des agissements qui, selon l’UPPIG et le RENAJI, perdurent depuis plus de deux ans. 

S’adressant au président de la HAC Germain Ngoyo Moussavou, ils ont révélé que ces attaques n’étaient nullement un affrontement entre patrons de la presse privée mais plutôt un conflit opposant d’une part certains acteurs de la presse libre et indépendante, répartis  entre l’OPAM, L’UPPIG, le RÉNAJI, le CPPPL, et les nouveaux responsables de la Communication  présidentielle. « Sans atermoiements, les faits remontent depuis la nomination de Jessye Ella Ekogha à la présidence  de la République pour en assumer le porte-parolat. Ce dernier s’est donné pour mission de créer une galaxie de « médias pirates », inexistants dans votre  base de données, de même que dans celle du ministère de la Communication », ont-ils indiqué.  

Des médias qui, avec la bénédiction des responsables de la communication présidentielle, se sont spécialisés dans « la désinformation, l’invective aux confrères, la diffamation, l’injure  publique ». « Il s’agit de la Calotte, le Douk Douk, le Scalpel, le Bazooka, la Libreville, La République, Relais infos  Gabon, Focus Groupe Médias, La Note d’Afrique, Le Point 241, pour ne citer que ceux-là », souligne  l’UPPIG et le RENAJI. Face à ce constat déplorable, les membres de ces organisations ont appelé le président de la HAC a « prendre des sanctions qui pourraient légiférer  dans de tels comportements, qui plombent chaque jour un peu plus notre dynamique sectorielle ».

Mondjo Mouega
Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lancement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Rédacteur en chef

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Global Media Time Gif
Nouvel Album de l'artiste RODZENG
Enami Shop
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x