mercredi,23 septembre 2020
Accueil Derniers articles Gabon: l’UOB au bord de l’implosion, le Snec et la Frapes en...

Gabon: l’UOB au bord de l’implosion, le Snec et la Frapes en assemblée générale ce 11 juin

C’est par le biais d’un communiqué parvenu à la rédaction de Gabon Media Time que Dacharly Mapangou et Mathurin Ovono Ebe respectivement président de la Force de réflexion et d’actions pour l’enseignement supérieur (Frapes) et représentant du Syndicat national des enseignants chercheurs du Gabon ont annoncé la tenue d’une assemblée générale le 11 juin prochain devant statuer sur plusieurs sujets dont celui de très controversé de la reprise des activités académiques à l’université Omar Bongo Ondimba. Une assemblée générale qui s’annonce particulièrement houleuse au regard du désaccord entre les syndiqués et le gouvernement. 

C’est l’annonce faite par Dacharly Mapangou et Mathurin Ovono Ebe, lesquels ont invité les enseignants chercheurs réunis autour de leurs mouvements à prendre part à « l’assemblée générale conjointe qui se tiendra, ce jeudi 11 juin 2020, sur les forums INFOS FRAPES et SNEC National Infos/UOB-F ». Une annonce qui a été accompagnée de l’ordre du jour et des sujets qui feront l’objet des débats pendant ladite assemblée. 

A cet effet, cette convocation conjointe du Syndicat national des enseignants chercheurs du Gabon (Snec) et la Force de réflexion et d’actions pour l’Enseignement supérieur (Frapes) fera le point entre autres sur « la reprise des activités pédagogiques et l’apurement intégral de la dette des vacations »,a-t-on pu lire. L’occasion certainement pour ces deux mouvements de débattre à nouveau sur le calendrier prévisionnel rendu public par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et du Transfert des technologies. 

Un calendrier auquel n’auraient pas été associés les enseignants chercheurs sans lesquels, aucune reprise des cours ne saurait être effective. Nul doute que les membres du Syndicat national des enseignants chercheurs du Gabon (Snec) et la Force de réflexion et d’actions pour l’Enseignement supérieur (Frapes) voudront entamer un bras de fer contre le gouvernement afin de l’amener à satisfaire les revendications des syndiqués, qui manifestement tiennent la corde dans cet affrontement où Jean de Dieu Moukagni Iwangou désavantagé, ne part pas en position de force.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Street 103 Gabon Gmt