Gabon: l’UN interdite de passage sur les médias publics pour 3 mois par la HAC

Zacharie Myboto, président de l'Union Nationale © GMT

C’est par le biais d’un communiqué rendu public ce vendredi 23 novembre 2018 que la Haute autorité de la communication (HAC) a décidé de prendre des sanctions à l’encontre du parti d’opposition Union nationale (UN). Cette décision intervient quelques jours après le refus implicite de cette formation de déférer à la convocation de l’institution.

En effet, tout serait parti de la diffusion d’un communiqué de l’UN sur les ondes de Radio France internationale où parlant de l’état de santé du Chef de l’Etat Ali Bongo, le parti avait dénoncé « un mensonge d’Etat » entretenu par « un groupe de personnes au sein de la présidence de la République ». Une position vue par la HAC comme « un abus de la liberté d’expression prévu par l’article 47 de l’ordonnance n°00000010/PR/2018 du 23 février 2018 ».

Outre ce grief, la haute autorité dit motiver sa décision par le refus de cette formation politique de déférer à sa convocation au motif qu’elle ne relève pas de l’autorité de la HAC. Ainsi, s’appuyant sur l’article 50 de  l’ordonnance n°00000010/PR/2018 du 23 février 2018 qui dispose que « Peut être suspendue des médias publics pour une durée n’excédant pas trois mois, toute personne physique ou morale qui contrevient au cours d’une émission, dans un article de presse, aux dispositions de la présente ordonnance », la Haute autorité de la communication a donc décidé d’interdir des médias publics durant trois mois l’Union nationale.

Laissez votre commentaire