Gabon : l’UE octroie une enveloppe de 81 milliards pour le renforcement du système sanitaire

Rosario Bento Pais Représentante De L'union Européenne
Rosario Bento Pais, ambassadeur de L'union Européenne en novembre, lors du Dialogue politique en novembre 2019

C’est par le biais d’un communiqué publié sur son site officiel eeas.europa.eu, le vendredi 20 mars dernier que l’Union européenne a confirmé l’inscription du Gabon parmi les pays qui recevront un appui en matière de santé publique dans le cadre du programme global intitulé « Renforcement des systèmes de santé pour le partenariat de couverture de santé universelle » pour la période  2019-2022. Une enveloppe qui devrait servir à l’amélioration du système sanitaire en proie depuis des décennies à des difficultés majeurs. 


Fixé à 123,5 millions d’euros, soit 81 milliards FCFA, ce programme selon l’UE contribuera « à renforcer les systèmes de santé pour garantir des capacités durables de réduction des risques, de surveillance et de gestion des risques sanitaires ». Il faut souligner que depuis 2013 l’institution appuie le Gabon à travers le programme mondial des Centres d’Excellence pour la réduction des risques Nucléaires, Radiologiques, Biologiques et Chimiques. 

Abordant la question du soutien de l’UE à la lutte contre la propagation du Covid-19, le communiqué rappel que cette aide se fera dans le cadre du Plan de préparation et de réponse lancé par l’OMS estimé à un montant de 675 millions de dollars américains et couvrant les mois de février à avril 2020. C’est dans ce cadre que l’Union européenne a promis l’octroi d’une enveloppe estimé à environ 272,5 millions d’euros dont 114 millions d’euros par l’intermédiaire de l’OMS.

Le Gabon fait bien entendu partie de ce plan et bénéficiera de l’appui de l’Union européenne. « Cet appui vise à sécuriser une réponse mondiale face au COVID-19 et inclura un renforcement des capacités d’urgence sanitaire durable. Il s’agit de veiller à ce que des mesures soient prises pour aider immédiatement les pays à détecter, diagnostiquer et prévenir rapidement la propagation du virus, ainsi qu’à garantir que les activités qui conduisent à des capacités nationales durables pour prévenir les épidémies », conclut le communiqué.

Laissez votre commentaire