vendredi,25 septembre 2020
Accueil A La Une Gabon : Lucie Milebou dresse un bilan mitigé de l’action gouvernementale

Gabon : Lucie Milebou dresse un bilan mitigé de l’action gouvernementale

A l’occasion du discours de clôture de la deuxième session ordinaire de la Chambre haute du Parlement, sa présidente Lucie Milebou Aubusson a tenu un discours visant à dresser le bilan de l’année mais surtout de la deuxième session parlementaire ouverte en septembre 2019. 

Dans une adresse en présence des ses collègues sénateurs de certaines plus hautes autorités du pays, dont le Premier Ministre, Chef du gouvernement Julien Nkoghe Bekale et de Faustin Boukoubi, président de l’Assemblée nationale, Lucie Milebou a tenu un discours en clôture de la seconde session parlementaire de l’année. Discours dans lequel elle n’a pas manqué de rappeler au gouvernement ses obligations vis à vis des population en incitant son chef à rendre de plus en plus visibles ses actes par la matérialisation de ses projets.  

Dans son propos liminaire, Lucie Milebou s’est tout d’abord attelée à présenter ses plus vives félicitations au Premier ministre Julien Nkoghe Bekale, lequel a été reconduit dans sa fonction à l’issue du vote de confiance de l’Assemblée Nationale obtenu au terme de sa déclaration de politique générale avant de révéler avoir obtenu satisfaction des différents débats et contributions au terme des deux sessions de l’année bien que regrettant le fait que peu de lois aient été érigées. 

Entrant ensuite dans le vif du sujet, la sénatrice s’est inquiétée de l’état de nos routes et du risque que courait le pays de voir un Gabon celui de Libreville, se couper de l’autre de l’intérieur du pays en raison de l’inaction du gouvernement sur une question hautement importante du développement de notre pays.  « J’attirais votre attention sur le fait de voir le Gabon périphérique, le Gabon d’à côté, le Gabon de Libreville, pourtant si proche mais péniblement inaccessible du  fait de l’état de nos routes » s’est-elle inquiétée. 

Tout en invitant le Premier ministre Julien Nkoghe Bekale à « concrétiser en actes visibles » ses annonces, consciente de que «  la marge de la population incrédule, s’agrandit de jour en jour, tandis que les moyens de croire et d’espérer, s’amenuisent », Lucie Milebou a surtout rappelé qu’au delà des discours, les Gabonais attendent de la volonté de la part des décideurs mais la concrétisation de toutes promesses d’actions faites par le gouvernement car il faut nécessairement  « rassurer nos populations, à rebours du sentiment d’abandon, et qui attendent des réponses et des solutions de leurs représentants que nous sommes, à leurs sempiternelles requêtes et aspirations, somme toute, légitimes ».  

Le risque a t-elle ensuite relevé c’est que les populations se désintéressent de la politique et se défient de toute initiative politique surtout «  en ce moment où, des détournements importants sont signalés » avant de poursuivre, « La soustraction  frauduleuse de ces ressources financières de notre économie ont ralenti lourdement notre capacité d’investissement » et donc par ricochet, à porter en actes toutes les aspirations et souhaits du Chef de l’Etat. 

Non sans mentionner et condamner les actes de piraterie perpétrés cette fin d’années, la présidente du Sénat a énuméré les différentes lois prises en cette anné d’intercession parlementaire à savoir la loi des finances 2020  avec des prévisions budgétaires estimées à « trois mille trois cent trente (3.330.) milliards de FCFA contre trois mille trente-trois (3.033) milliards de Francs CFA en 2019, soit une  hausse de 297 milliards de FCFA »

A cela viennent se greffer, deux lois d’emprunts, pour « le développement agricole et rural des Provinces du Woleu-Ntem,  de la Ngounié et de l’Ogooué-Ivindo, d’une part ainsi que sur la construction,  la réhabilitation et l’entretien des voiries urbaines communales et intercommunales de Libreville », puis le projet de loi portant suppression de certains Services Publics, la proposition de loi portant reconnaissance du mariage coutumier en République gabonaise, et enfin, le projet de loi autorisant le Président de la République à légiférer par ordonnances pendant l’intersession parlementaire.                   

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Street 103 Gabon Gmt