Gabon: «l’opération policière n’a rien à voir avec une supposée agression de militaire»

© D.R

Ce lundi 28 mai 2018 au soir, une opération de contrôle effectuée par la police a été lancée. Cela, à la suite de rumeurs persistantes faisant état de l’agression dans la matinée d’un agent de la garde républicaine. Il s’est répandu un lien entre les deux événements. Sauf que pour le ministère de l’Intérieur, son «opération policière n’a rien à voir avec une supposée agression d’un militaire».

Contacté ce lundi matin par Gabon Media Time, le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Jean Eric Nziengui Mangala, a balayé d’un revers de la main tout rapport entre l’opération policière en cours et l’agression d’un militaire. «Y a rien à cacher. C’est une opération normale de contrôle pour lutter contre l’insécurité», a-t-il précisé.

Reconnaissant avoir entendu parler de ladite agression mais sans avoir plus d’éléments pour le moment, le porte-parole du ministère de l’Intérieur a estimé qu’il ne faut pas attendre une agression de militaire pour qu’une descente policière se fasse dans la rue. Pour lui, «c’est un contrôle normal, le ministre l’avait d’ailleurs annoncé sur les plateaux des émissions gouvernementales sur Téléafrica et Urban FM».

Réagissant à notre interrogation sur le cantonnement d’une telle opération à la voie publique alors que des agressions se font généralement dans les quartiers, bas quartiers et petites ruelles, Jean Eric Nziengui Mangala a précisé que «l’opération ne fait que commencer». Les jours à venir, les forces de l’ordre se déploieront davantage pour tenter d’endiguer la délinquance qui bat son plein à Libreville.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire