samedi,19 septembre 2020
Accueil A La Une Gabon: l’OPAM exige la destitution de Raphael Ntoutoume Nkoghe de la présidence...

Gabon: l’OPAM exige la destitution de Raphael Ntoutoume Nkoghe de la présidence de la HAC

C’est à la faveur d’une déclaration le mardi 26 août dernier, que l’Organisation patronale des médias (OPAM) a tenu à dénoncer les énièmes sanctions prises par la Haute autorité de la communication (HAC) à l’encontre des médias notamment Gabonreview et du représentant de Radio France Internationale (RFI), Yves Laurent Goma. Tout en condamnant les actions de cet organe qui s’est érigé depuis sa création en fossoyeur de la liberté de la presse, l’organisation regroupant les éditeurs a demandé l’éviction de Raphaël Ntoutoume Nkoghe de la présidence de cette autorité administrative indépendante. 

Lors de cette rencontre devant la presse nationale et internationale, l’Opam a tiré à boulets rouges sur la Haute autorité de la communication qui est devenue au fil du temps un véritable « bourreau des médias ». Selon le président de cette organisation patronale Guy Pierre Biteghe, les sanctions récurrentes prises contre la presse n’ont d’autre objectif que de bâillonner la presse libre. 

Une attitude volontairement adoptée par la HAC alors que la loi n°019/2016 du 09 août 2016, portant Code de la Communication en République Gabonaise, prévoit d’autres mesures en cas de faute professionnelle notamment la diffusion gratuite « dans un délai de 48 heures, d’un droit de réponse ou de rectification, dans les conditions techniques et d’audiences équivalentes à celles du contenu mis en cause »

L’Opam a d’ailleurs relevé que ces suspensions avaient pour conséquence de mettre à mal le fonctionnement des entreprises du secteur et obère leur chiffre d’affaires mensuel. Face à la position autoritariste de l’institution et plus particulièrement de son président, l’organisation a tout en mettant en garde ce dernier a exigé son départ de la tête de cette autorité administrative « car il ne réunit pas les conditions et les exigences requises à ce niveau de responsabilité ». 

La demande formulée par l’OPAM pourrait trouver sa base légale dans les dispositions de l’article 8 de l’ordonnance n°00000010/PR/2018 du 23 février 2018 portant création, organisation et fonctionnement de la Haute autorité de la communication, qui dispose que « le président de la Haute autorité de la communication est nommé pour toute la durée du mandat. Il peut être mis fin à son mandat en cas de manquement grave dûment constaté par la Cour constitutionnelle sur saisine du premier ministre, chef du gouvernement ».

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Street 103 Gabon Gmt