Gabon : Lionel Diambou injustement incarcéré ?

Gabon Gabonmediatime Lionel Diambou Goc Gabon
Le Conseiller de l'ADG de la GOC Lionel Diambou © D.R.

La vague d’interpellations intervenue ces derniers jours dans le cadre de l’opération « scorpion » lancée par la justice aurait-elle fait des victimes collatérales ? C’est la question que l’on pourrait se poser au regard de l’arrestation du conseiller de l’administrateur directeur général de la Société nationale des Hydrocarbures communément appelée Gabon oil company (GOC), Lionel Diambou qui, contrairement à Christian Patrichi Tanasa Mbadinga, est toujours retenu à la Direction générale de recherches (DGR) sans raison apparente. 


Que reproche-t-on au jeune Lionel Diambou ? Si les récentes sorties du procureur de la République près le tribunal de première instance de Libreville Olivier N’Zhaou ou encore plus récemment celle du chef du gouvernement Julien Nkoghe Bekale ont eu le mérite d’informer l’opinion sur le lancement d’une opération anti-corruption et enrichissement illicite, après l’échec de l’opération Mamba, les raisons de l’interpellation des différents cadres et responsables des entreprises et administrations publique restent inconnues

Lire aussi : Gabon : Olivier N’Zhaou confirme les gardes à vue de directeurs généraux membres de l’Ajev

C’est le cas du conseiller de l’ADG de la GOC Lionel Diambou qui a été pris dans la nasse de la justice, alors que sa position au sein de cette entreprise ne lui donne aucun pouvoir en matière de gestion financière. Selon une source au sein de la Société nationale des hydrocarbures, ce proche de Christian Patrichi Tanasa Mbadinga n’était « ni ordonnateur de crédits ni comptable, ce qui suppose qu’il n’a jamais eu à manipuler des fonds comme l’on pourrait le penser ».

Outre ce fait, la famille de ce jeune cadre n’aurait jamais été informée des chefs d’accusation retenus contre leur fils. Si le procureur de la République près le tribunal de première instance de Libreville a évoqué des faits de « corruption et de détournement de grande envergure », l’opinion pourrait s’interroger sur le rôle de Lionel Diambou dans ces faits, qui supposent que les présumés délinquants financiers occupaient des postes plus importants et avaient accès aux fonds. Or, ce qui n’est pas le cas pour un conseiller de l’ADG. 

Lire aussi :  Gabon : l’ADGA de la GOM arrêté, Patrichi Tanasa introuvable !

Une situation préoccupante qui serait d’ailleurs passée sous silence, si l’hebdomadaire L’Aube n’avait pas évoqué son arrestation dans sa livraison du lundi 18 novembre dernier. Pis, le maintien de ce dernier en cellule semble incompréhensible alors que le patron de la GOC a été auditionné puis relâché. Ce qui pose la question du sérieux de cette opération que tente de justifier maladroitement le gouvernement. 

S’agit-il d’un cas de justice à deux vitesses tel que ne cesse de le  décrier l’opinion depuis le lancement de la vague d’arrestations d’anciens responsables d’entreprises publiques et parapubliques ? A la lumière du cas Lionel Diambou les Gabonaises et les Gabonais au nom de qui la justice est rendue apprécieront. Nous y reviendrons . 

Laissez votre commentaire