vendredi,30 octobre 2020
Accueil A La Une Gabon: «l'instabilité gouvernementale érigée en mode de gouvernement», selon Mays Mouissi

Gabon: «l’instabilité gouvernementale érigée en mode de gouvernement», selon Mays Mouissi

Analyste économique et observateur de la vie politique gabonaise, Mays Mouissi voit d’un mauvais oeil les récurrents changements relevés au sein du gouvernement ces derniers voire ces dernières années. Des modifications tous azimuts érigées « en mode de gouvernement » descriptives soit d’une méconnaissance du profil des hommes choisis soit d’un amateurisme patenté. 

C’est à travers son fil twitter que Mays Mouissi a tenu à s’exprimer sur les deux derniers réaménagements du gouvernement Nkoghe Bekale II intervenus le vendredi 4 et le dimanche 6 octobre derniers. Des réorganisations qui selon ce leader d’opinion sont caractéristiques d’une « instabilité » au sommet de l’Etat pusiqu’érigées « en mode de gouvernement (…) depuis le mois de janvier ». 

Lire aussi : Gabon: Arnauld Engandji aurait claqué la porte du gouvernement 

Depuis le début de l’année 2019, en effet, le Gabon a connu des changements au sein de son équipe gouvernementale. D’abord avec le départ au lendemain de la proclamation par la Cour constitutionnelle des résultats des élections législatives de Franck Emmanuel Issoze Ngondet de la Primature et l’arrivée de Julien Nkoghe Bekale qui n’a depuis lors cessé de procéder à des « réaménagements de son équipe ». 

D’ailleurs Mays Mouissi fait remarquer qu’« en seulement dix mois, pas moins de six remaniements ministériels ont été réalisés », avec les départs quelques semaines après la formation du gouvernement Nkoghe Bekale I en janvier 2019 de Christian Magnagna ministre en charge des Travaux publics et de Mines, d’Ali Akbar Onanga Y’Obegue ministre en charge de la Fonction publique et Etienne Massard Kabinda ministre en charge de la Défense nationale. 

Lire aussi : Gabon: Lambert Noël Matha viré du gouvernement 

S’ensuivirent les évictions entre autres de Rosine Itsana ministre du Tourisme, de Prisca Nlend Noho, ministre de la Mer, Pascal Houangni Ambouroue ministre du Pétrole, puis au plus fort du « Kevazingogate » le limogeage de Guy Bertrand Mapangou et récemment la démission d’Arnauld Calixte Engandji Alandji et la mise à l’écart de Lambert Noël Matha, sans compter les jeux de chaises musicales au sein de l’équipe gouvernementale qui peuvent d’un certain point de vue être perçus comme du  « bricolage », des  « règlements de compte » ou de l’ « amateurisme ». 

Lire aussi : Gabon: Prisca Koho de retour au gouvernement Nkoghe Bekale II 

Une façon de faire qui n’est pas du goût de l’analyste financier pour qui, « il faut que ça cesse » car le gouvernement semble « plus préoccupé à faire le show qu’à construire véritablement notre pays ». Une position qui est partagée par plusieurs observateurs y compris des patrons des majors et autres entreprises. Les affaires disent-ils n’aiment pas l’instabilité quelle qu’elle soit. 

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion