jeudi,9 février 2023
WEB_BICIG_12-14_CréditFêteÀLaCarte_729x94px
AccueilA La UneGabon: l'incompétence du CNEE pointée du doigt

Gabon: l’incompétence du CNEE pointée du doigt

Ecouter cet article

Au nombre des agences venues se greffer aux attributs pourtant reconnus au gouvernement, le Conseil national de l’Eau et de l’Electricité brille par son incompétence 12 ans après son érection. Et pour cause, la structure dirigée par Vladimir Cédric Meyoua peine à se montrer efficace tel que suggéré par Jeannot Kalima lors de son installation.

Promu directeur général du Conseil national de l’eau et de l’électricité le 1er septembre dernier, Vladimir Cédric Meyoua, ne semble pas avoir pris ses marques à la tête de cette structure placée sous la tutelle du ministère de l’Énergie et des Ressources hydrauliques. Et ce, alors même qu’il incarnait le renouveau après 14 mois de gestion insipide sous son prédécesseur Arnaud Christian Nguimbi. 

Les populations en viennent à se questionner sur l’intérêt de maintenir sur pieds cette structure budgétivore. D’ailleurs, conscient du très peu d’impact de la CNEE, le secrétaire général du ministère de tutelle avait appelé le nouveau patron à être efficace dans l’action. Jeannot Kalima suggérait même que «vos actions doivent être conformes au Plan d’accélération de la transformation (PAT)» 

Pourtant il est difficile de croire que le message soit passé comme une lettre à la poste. Car du Grand Libreville à l’hinterland, les difficultés restent les mêmes. Villes et arrondissements plongés dans le noir. L’adduction en eau potable est si rare que les ménages privilégiés en viennent à commercialiser son accès. Une triste réalité que Vladimir Cédric Meyoua ne semble pas connaître au quotidien.


À l’heure de l’accélération de la transformation, la CNEE est sans doute une brebis galeuse qui ne remplit pas ses missions consignées dans le Décret n° 0658/PR/MERH du 21 Avril 2011. À la lecture, il ressort que cette structure jouit de prérogatives entre autres dans la création des réseaux d’eau et d’éclairage public, l’arbitrage en matière d’extension de réseaux et d’arrêter les montants de dépenses par collectivités. Sans eau ni électricité, les Gabonais s’impatientent.

Lyonnel Mbeng Essone
Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )

Laisser un commentaire

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Enami Shop
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x