Gabon : l’impact des récentes révélations de malversations sur le climat des affaires

Gabon Gabonmediatime Libreville Gabon Centre Ville
Une vue aérienne du centre ville de Libreville avec en premier plan le ministère du Budget © D.R.

Difficile pour un investisseur de passer à côté des récentes et nombreuses révélations de malversations qui ont émaillé le paysage politico-économique gabonais au cours des trois dernières semaines. Alors que le pays stagne ou régresse systématiquement dans les classements doing business, cette situation délétère marquée par de nombreuses interpellations et détentions préventives, pourrait avoir des conséquences néfastes sur un climat des affaires déjà délicat. 


Avec un champ lexical tournant principalement autour des détournements et autres malversations, le climat socio-économique est depuis bientôt un mois torpillé par des révélations hallucinantes. 85 milliards de FCFA à la société nationale des hydrocarbures (GOC), ou encore 6 milliards à la Société gabonaise de raffinage (Sogara), les faits sont troublants. 

LIRE AUSSILe texte

Néanmoins, ils sont révélateurs d’une situation déjà mise en exergue par de nombreux organismes internationaux dont Transparency International et Afrobarometer. En effet, ces deux organismes ont fait du gouvernement gabonais le moins performant en matière de lutte contre la corruption. Une corruption qui justement est à l’origine de la régression dans les différents classements inhérents au climat des affaires.  

Ainsi, la situation actuelle ponctuée par les arrestations de nombreux fondés de pouvoir, pourrait décrédibiliser un peu plus des institutions déjà bien fragiles. De ce fait, malgré un élan de réformes salué par les partenaires techniques et financiers, le gouvernement semble torpillé par ses propres turpitudes. Ce qui pourrait malheureusement conduire à un nouveau rejet de la part de nombreux investisseurs.

Laissez votre commentaire