Gabon: ces lieux potentiels de la corruption

Malgré les incantations du gouvernement pour éradiquer ce fléau des temps modernes, la corruption ne cesse de prendre de l’ampleur. Et cela, au nez et à la barbe des institutions destinées à la combattre.

Le pays est dangereusement étranglé par la corruption, qui freine inévitablement la construction d’édifices publics et la mise en place des politiques du bien-être des citoyens. Dans un Gabon où le pétrole coule à flot et produit des dividendes en masse, l’élite politico-administrative a renoncé à financer le développement du pays au profit de son enrichissement personnel.

Ainsi, en dépit de structures comme la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite (CNLCEI) et l’Agence nationale d’investigations financières (ANIF) chargées de traquer les corrupteurs et les corrompus, de lutter contre les délits financiers, rien n’y fait, la corruption est la pratique au Gabon la mieux partagée. Aussi est-elle devenue une mentalité, de sorte que même pour voter, le citoyen est conduit à monnayer son vote. D’où l’on parle désormais de la marchandisation des consciences.

Dans l’administration de la Justice, même un certain ministre de la Justice, Francis Nkea, avait publiquement injurié les magistrats, les traitant de « corrompus » sans que cela fasse l’objet d’une plainte pour injure publique ou diffamation, si celle-ci était avérée. Potentiellement, même à la CNLCEI et l’ANIF, la corruption ne serait pas étrangère à ces structures. De même que dans d’autres lieux, comme la Police nationale ou la Cour des comptes ; la Santé et l’Education nationale n’en seraient pas épargnées. Jusqu’au milieu de la presse, des télécommunications sans oublier les organes de régulations.

Il est évident qu’il faut sauver le Gabon de la gangrène. Mais les acteurs politiques et administratifs d’aujourd’hui ont-ils la volonté de le faire alors qu’ils voient leurs prédécesseurs rouler carrosse dans une opulence ayant parfois, sinon souvent, une origine illicite ? Affaire à suite…

Laissez votre commentaire