Gabon : Libreville accueille le premier Salon de l’Etudiant Gabonais

© D.R

Comment renseigner efficacement l’étudiant gabonais sur les opportunités qu’offrent certains pays pour les études universitaires ? C’est pour répondre à cette question que le cabinet d’orientation Majord’Home lance la première édition du Salon de l’Etudiant Gabonais du 16 au 17 février prochains, à Libreville. L’évènement rassemblera les élèves/étudiants gabonais et les représentants des établissements nationaux et internationaux, principalement africains.

Le Salon de l’Etudiant Gabonais (SEG) se veut être la plateforme d’orientation la plus importante du Gabon, avec pour objectif principal d’informer et d’orienter les élèves/étudiants vers des écoles ou universités de qualité sur le continent. « Des écoles et universités gabonaises et internationales, des entrepreneurs ou des personnalités publiques seront présents pour informer, orienter et conseiller les futurs bacheliers sur les filières de formation et leurs débouchés », précise le communiqué.

Initié par deux jeunes Gabonais, ancien étudiants au Maroc, Mehdi Ondoua Zeh et Levin Badouna Minko, le Salon de l’Etudiant Gabonais promet d’aborder tous les sujets liés à la vie du futur étudiant tout en mettant en exergue les enjeux d’une école africaine à l’heure de la mondialisation. « Innovation, entrepreneuriat, alternance, emploi, leadership, intégration africaine et avenir seront les maîtres mots de ce rendez-vous que nous voulons pérenne à Libreville », peut-on lire.

Organisé sous le patronage du Ministère de l’Education Nationale, le SEG permettra de faire découvrir différentes opportunités aux jeunes gabonais et africains soucieux de leur avenir professionnel. « Les jeunes sont inégaux face à l’orientation scolaire et surtout dans les pays d’Afrique subsaharienne comme le Gabon », tient à souligner Mehdi Ondoua Zeh, cofondateur de Majord’Home. Et d’ajouter : « Nous avons le devoir d’orienter nos jeunes frères et sœurs afin qu’ils fassent les meilleurs choix pour leur avenir ».

Face à la nécessité de raviver la flamme du panafricanisme et de redonner à l’école africaine ses lettres de noblesses, les organisateurs misent beaucoup plus sur les universités du continent. « L’Afrique gagnerait à former elle-même sa jeunesse, car elle en a les moyens et les ressources pour y arriver », affirme Levin Badouna Minko, également cofondateur de Majord’Home.

Pour cette édition, le salon accueillera plusieurs pays africains, notamment  « le Maroc qui est l’invité d’honneur de cette première édition, l’Afrique du Sud, la Tunisie, etc. », mais également la France. Les organisateurs caressent le rêve de réunir à terme l’ensemble des meilleures écoles et universités du continent.

Ferdinand Demba

Laissez votre commentaire