samedi,26 septembre 2020
Accueil A La Une Gabon: Liban Soleman et Pacôme Moubelet «au coeur d'une malversation financière»

Gabon: Liban Soleman et Pacôme Moubelet «au coeur d’une malversation financière»

Clean Africa serait dans la tourmente. Pour cause, l’entreprise responsable du ramassage des ordures serait sur le point d’être écartée de la gestion des ordures par les autorités municipales de Libreville. C’est du moins ce que revèle le confidentiel bimensuel La Lettre du Continent, dans sa livraison du mercredi 10 juillet 2019 dernier. 

Le journal spécialisé dans « Les hommes, les affaires et les réseaux » précise dans son numéro 804 que la décision de la mairie de Libreville de se séparer des services de Clean Africa est la conséquence d’une gestion calamiteuse. Plus encore, notre consoeur affirme que Liban Soleman et Pacôme Moubelet Boubeya, deux anciens proches collaborateurs d’Ali Bongo Ondimba, seraient deux dirigeants influents dudit groupe dont Averda est le sous-traitant et responsables de cette faillite lourde de conséquences. 

Liban Soleman et Pacome Moubelet Boubeya seraient avec l’aide de plusieurs autres personnalités moins connues, au coeur de la chute du groupe Clean Africa. C’est du moins ce que révèle La Lettre Du Continent. Comment cela serait-il possible? C’est sans doute la question qui taraude les esprits dans les artères de Libreville. 

Retour sur cette affaire. En fait, il semblerait que l’actuel ambassadeur du Gabon en Arabie Saoudite qui n’a d’ailleurs toujours pas présenté ses lettres de créances au numéro 1 saoudien et l’ancien influent ministre d’Ali Bongo Ondimba lors de son premier mandat et au début du second, soient les réels administrateurs de Clean Africa dont la société de ramassage et de traitement d’ordures ménagères Averda officiellement propriété libanaise, est la filiale exerçant au Gabon.

Faut-il rappeler que depuis son arrivée à la mairie de Libreville, Léandre Nzue n’a de cesse de remettre en cause le professionnalisme des sociétés détentrices de contrats de délégation de service public, à l’instar d’Averda? Le mardi 7 mai dernier, il annonçait la rupture en décembre prochain du contrat liant la municipalité au groupe libanais pour nonrespect des clauses contractuelles. 

« Que ce soit Averda ou Clean Africa, ces sociétés ne font pas leur travail. Si ça ne dépendait que de moi, je résilierais leurs contrats depuis », à déclaré Léandre Nzué, maire de la commune de Libreville. Aussi, des sources proches du locataire de l’hôtel de ville de Libreville font état d’un appel d’offre émis par ce dernier en vue de remplacer « l’incompétent » Averda, selon les mots de l’édile de Libreville lors de sa sortie de presse.

Par ailleurs, au-delà des répercussions économiques qu’aurait la mise à mort d’Averda ou de Clean Africa à Libreville, avec comme principale conséquence la mise automatique au chômage de plusieurs centaines de Gabonais, ce sont les responsables qui pourraient en pâtir. Et pour cause, si les accusations portées parvenaient à être prouvées, Liban Soleman et Pacôme Moubelet Boubeya pourraient être entendus par le ministre en charge de la Lutte contre la corruption, chargé de la bonne gouvernance, Francis Nkea Ndzigue.

Rappelons que ce dernier avait au moment de sa prise de fonction prévenu qu’il allait « sévir avec la dernière, toutes les personnes qui pillent l’État », malgré un rétropédalage quelques jours plus tard. Affaire à suivre !

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Street 103 Gabon Gmt