Gabon: l’Etat gabonais réclame plus de 20 milliards de Fcfa à Bolloré et Canal+

Vincent Bolloré © adweek.com

Président directeur général du groupe Bolloré et président du conseil de surveillance de Vivendi, Vincent Bolloré, industriel et homme d’affaires français multiplie les ennuis avec le fisc au Gabon. Alors qu’il est sommé de verser huit milliards de Fcfa à l’Oprag, il est dans le même temps sommé de régler près de 20 milliards de Fcfa à l’Etat gabonais, via la filiale gabonaise de Canal+ dans le cadre d’un redressement.

D’après La lettre du continent dans son édition numéro 787 parue ce mercredi 31 octobre 2018, la Direction Générale des Impôts (DGI) réclamerait des sommes faramineuses à Canal+. Ainsi, la filiale gabonaise de la télévision privée française détenue par Vivendi, dont Vincent Bolloré est l’actionnaire majoritaire, est sommée de verser la bagatelle de 19.8 milliards de Fcfa à l’Etat gabonais.

En effet, selon les informations de la Lettre du Continent, l’administration fiscale gabonaise réclamerait à Canal+ ces arriérés d’impôts dans le cadre d’un redressement fiscal datant de 2016. Correspondant à une quarantaine d’années de résultat nets du groupe français dans le pays, ces 19,8 milliards de Fcfa constituent l’un des plus gros arriérés d’impôts jamais enregistré par la DGI.

Si la direction générale de Vivendi, ne conteste pas certains ajustements effectués par la DGI comme le souligne La lettre du continent, elle conteste en revanche ce redressement. Avec cette situation, on s’achemine donc vers un nouveau bras de fer entre l’industriel français et l’Etat gabonais, après l’affaire du New Owendo International Port il y a un an. 

Joint par Gabon Media Time la direction générale de Canal+ n’a pas souhaité commenter cette affaire qui fait la une des médias nationaux et internationaux. 

Laissez votre commentaire