mardi,22 septembre 2020
Accueil A La Une Gabon : les syndicats des eaux et forêts réclament le «retour effectif...

Gabon : les syndicats des eaux et forêts réclament le «retour effectif des fonds communs»

Alors que l’activité d’exploitation forestière bat son plein avec notamment des records de production de grumes en 2019, les agents de la principale administration garante de cette activité restent sevrés de ristournes et autres primes depuis cinq ans. Ainsi, réunis en assemblée générale le 30 décembre dernier, le Syndicat national des professionnels des Eaux et Forêts (Synapef) et les professionnels de cette administration ont lancé un message clair à l’endroit de leur tutelle, à savoir : le « retour effectif des fonds communs ». 

Créé en 1974, le système des « fonds communs » avait pour mission d’assurer un revenu suffisant aux fonctionnaires chargés de collecter et de gérer l’argent public « afin de leur donner la force de résister aux sirènes de la corruption ». Doté avant son remplacement par la Prime d’incitation à la performance (PIP), d’une cagnotte annuelle de 212 milliards de FCFA, ces fonds constituaient une forme de bonus versé aux différentes régies financières et aux agents des principales administrations des secteurs les plus productifs de l’économie. 

Représentant aujourd’hui pas moins de 5% du Produit intérieur brut (PIB), le secteur forestier dont les récents chiffres de la Dgepf dans sa dernière note de conjoncture, soulignent une nette augmentation de la production, fait partie de ces secteurs à forte valeur ajoutée. Néanmoins, les agents de l’administration en charge de cette activité se disent lésés depuis la note supprimant la distribution de fonds communs et primes de ristournes en 2015. 

Ainsi, réuni  en assemblée générale du 30 décembre dernier, le Syndicat national des professionnels des Eaux et Forêts (Synapef) a tenu à interpeller sa tutelle sur cette situation. En effet, comme l’a rappelé François Rodelin Eya’a Ovono président du Synapef, « le point principal de l’assemblée générale était le retour des primes, notamment les fonds communs ou primes de ristourne », étant donné que « le Code forestier reconnaît aux personnels de l’administration des Eaux et Forêts, le bénéfice des ristournes ». 

Poursuivant son propos, François Rodelin Eya’a Ovono a également souligné  « qu’un arrêté conjoint du ministère des Eaux et Forêts et celui du Budget, reconnaît aux agents de cette administration le bénéfice de ces ristournes, qui malheureusement ne sont plus versées aux agents depuis cinq ans ». Plaidant pour un retour de ces fonds, le Synapef se dit en attente « d’une oreille attentive » et espère voir cette doléance « satisfaite ». 

Par ailleurs, lors de cette assemblée, il était également question des dernières nominations au sein de l’administration des Eaux et Forêts. Ainsi, comme l’a souligné Serge Roland Pambou membre influent du Synapef, « certaines nominations ne respectent pas le décret 291 (…) avec un nouveau directeur général de la Faune qui est de catégorie A2, alors que ce poste est réservé aux agents publics de catégorie A1, et un nouveau directeur général des Écosystèmes aquatiques qui n’est pas du corps des Eaux et Forêts, mais attaché de recherches ». 

Ayant saisi le Conseil d’État pour « obtenir gain de cause », le Synapef entend poursuivre son action jusqu’à obtention de résultats probants. Résultats qui au regard notamment de l’article 285 du code forestier en vigueur, pourraient aboutir à une sortie de crise, pour les agents d’une administration dont l’activité centrale constitue un pilier de notre économie.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Street 103 Gabon Gmt