Gabon: les syndicats claquent la porte au nez de Michel Menga

© Agence française de Presse

Ce dimanche 14 avril 2019 dans une salle du Lycée national Léon Mba, le ministre d’Etat, ministre de l’Education nationale chargé de la Formation civique, Michel Menga M’Essone recevait les partenaires sociaux dans le cadre d’une séance de travail autour de la nouvelle réforme fixant les conditions d’attribution des bourses. Pour les syndicalistes, le gouvernement a mal posé l’ordre du jour.

Ce sont près de onze syndicats, dont Fnse, Synatecpro, Useg, Saeg, Seena, Synajes, Feseena et Sneeps, entre autres qui ont répondu à l’appel du gouvernement de ce dimanche 14 avril 2019 afin d’échanger autour de la nouvelle réforme fixant les conditions d’attribution des bourses. Pour les syndicalistes, le ministère de l’Education nationale s’est lancé dans un monologue en voulant imposer un ordre du jour loin de la réalité qui a précipité cette rencontre.

« Nous n’étions pas partis pour faire un travail ou avoir une quelconque négociation. Nous sommes allés pour écouter les annonces du ministre d’Etat. Mais il n’y avait aucune annonce. Il nous a plutôt suggéré de mettre en place des groupes de travail et de mettre en place un bureau et recenser les avis des uns et des autres pour en faire un document à l’attention du Premier ministre », a déclaré un responsable de syndicat présent à cette séance de travail.

Non contents de l’ordre du jour et pas convaincus par les propositions du ministre d’Etat pour une sortie de crise, les syndicalistes ont tous décidé de claquer la porte, laissant derrière eux la délégation gouvernementale. « Nous lui avons signifié que nous n’étions pas venus pour ça mais pour écouter son point de vue par rapport à la position des élèves, des syndicats et des parents d’élèves au sujet de la réforme des bourses. Nous demandons l’annulation ou le report pur et simple de ces réformes qui ne peuvent pas s’appliquer maintenant, car il n’y a ni structures ni ressources humaines », a confié un syndicaliste à Gabon Media Time.

Pour rappel, les nouvelles orientations d’attribution des bourses, arrêtées le 29 mars dernier lors du Conseil des ministres, imposent désormais une moyenne de 12 sur 20 au baccalauréat pour les élèves âgés de 19 ans au plus l’année de l’examen. Ce qui implique qu’aucun élève âgé de 19 ans et demi ou plus ne bénéficiera d’une bourse de l’Etat gabonais si cette mesure était adoptée.

Laissez votre commentaire