samedi,27 novembre 2021
AccueilA La UneGabon: les sénateurs violent l’interdiction de rassemblement de plus de 10 personnes

Gabon: les sénateurs violent l’interdiction de rassemblement de plus de 10 personnes

Ecouter cet article

Ce vendredi 29 mai 2020, plusieurs sénateurs dont la présidente de cette institution Lucie Milebou Aubusson-Mboussou, se sont retrouvés au palais Omar Bongo sis au Boulevard Triomphal, Libreville pour l’examen et le vote de trois nouveaux textes législatifs. Une rencontre qui a surtout été marquée par le nombre important de personnalités, notamment sénateurs et membres du gouvernement qui ont manifestement en se réunissant à plus de 10, violé outrageusement la mesure gouvernementale interdisant le rassemblement de plus de 10 personnes.

L’autorité de Julien Nkoghe Bekale, Premier ministre, chef du gouvernement qui, à l’occasion de la conférence de presse donnée par certains membres du gouvernement et lui-même vient-elle d’être bafouée par certains de ses ministres et par la présidente de l’Assemblée nationale Lucie Milebou Aubusson-Mboussou ? La séance plénière tenue au palais Léon du Sénat et présidée par la Lucie Milebou Aubusson-Mboussou nous pousse légitimement à soulever cette interrogation. 

Cette dernière a en effet dirigé des travaux auxquels ont pris part, nous informent nos confrères de l’Union « le ministre d’Etat en charge des Affaires étrangères, Alain-Claude Bilie By-Nze, et sa collègue, ministre de la Justice, Garde des sceaux, Erlyne Antonella Ndembet épouse Damas » membre du gouvernent et donc nécessairement informés de la mesure gouvernementale  interdisant strictement les regroupements de plus de 10 personnes. 

Pourtant avec l’aval de Lucie Milebou Aubusson-Mboussou accompagnée dans sa démarche par plusieurs sénateurs, ils se sont retrouvés dans une salle regroupant plus de 10 personnes. Loin de nous la volonté de faire un procès sur le fond de la séance de travail. Selon nos confrères du quotidien l’Union les textes adoptés sont relatifs à « l’autorisation de ratifier la convention entre le Gabon et le Royaume d’Arabie Saoudite pour le premier et pour le second, la ratification du Traité révisé de la Communauté économique des États d’Afrique centrale (CEEAC) ». 

Aucune critique n’est donc faite sur la pertinence et le bien fondé des travaux pour lesquels ont été convoqués les membres du gouvernement et sénateurs, certes. Mais si le président de la République, chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, dirige ses travaux des conseils de ministres par visioconférence, c’est bien pour une raison et pas des moindres. La pandémie de Covid-19 dont le Gabon compte désormais plus de 2000 cas et s’approche des 3000 a contraint le numéro un gabonais à prendre des mesures strictes pour protéger ses populations. 

Si le chef de l’Etat se donne autant de mal pour réduire les risques de contaminations, en procédant par visioconférence, pourquoi Lucie Milebou Aubusson-Mboussou n’at-elle dirigé ses travaux dans le même esprit ? Ses Sénateurs et elles manquent-ils d’ordinateurs ou de connexion internet? Une telle hypothèse ne saurait prospérer. 

Lucie Milebou Aubusson-Mboussou et ses hôtes ont tout simplement fait preuve de laxisme en foulant aux pieds les recommandations du Premier ministre et partant du président de la République. Même si au cours de cette rencontre les gestes barrières semblent avoir été respectés, il n’en demeure pas moins qu’une mesure fondamentale de lutte et de riposte contre la Covid-19 a été violée. 

Quel message envoie-t-on aux populations quand les personnalités qui érigent certaines mesures, les violent en retour ? Si la mesure interdisant le regroupement de plus de 10 personnes n’a aucune portée ou valeur, alors qu’on laisse les Gabonais se retrouver allègrement, organiser leurs mariages, anniversaire et autres  cérémonies et  inviter  des centaines de personnes.   

Laissez votre commentaire

Gabon Media Timehttp://gabonmediatime.com
Gabon Media Time est un site d'actualité dont le slogan est " A l'heure de l'info". Nous entendons réinventer l'actualité en ligne gabonaise et sous régionale.
Enami Shop