Gabon: les sénateurs toujours opposés à la réduction de leurs sièges

Palais Omar Bongo Ondimba, siège du Sénat © D.R

La question de la répartition des sièges au sein du parlement continue de susciter moult débats chez les principaux concernés. Lors de l’audition du ministre de l’Intérieur, Lambert Noël Matha, le mardi 15 mai 2018 dernier, les vénérables sénateurs ont réaffirmé leur refus de voir appliquer l’ordonnance portant répartition des sièges au sein de leur institution.

Au cours de cette audition qui a permis également l’examen des ordonnances portant augmentation et répartition des sièges de députés, les sénateurs ont rappelé que ledit texte constitue une violation de la loi en ce sens que «le système bicaméral en vigueur au Gabon, ne permet pas à une chambre du parlement à elle seule de détenir 2/3 des parlementaires».

Ils se sont interrogé sur les contours de cette ordonnance qui prévoit que «le nombre des députés augmente de 120 à 143 et que le nombre des sénateurs soit réduit de 102 à 52, alors que la loi Fondamentale consacre un système bicaméral qui dit qu’aucune chambre du parlement ne doit avoir 2/3 des parlementaires». «L’ordonnance présentée n’est pas conforme à ces dispositions constitutionnelles», ont-il martelé.

Par ailleurs, ils ont exprimés leur inquiétude de voir l’Assemblée nationale s’arroger tous les pouvoir avec pour conséquence de modifier de manière unilatérale la Constitution, sans tenir compte de l’autre chambre du parlement qu’est le Sénat. Condamnant de manière unanime l’ordonnance portant répartition des sièges de sénateurs en République gabonaise, ils ont exigés que celle-ci soit examiné simultanément avec l’ordonnance relative à la répartition des sièges de députés.

«La question que l’on se pose est de savoir pourquoi le dialogue politique a pris des décisions aussi importantes concernant les institutions, qui sont assimilées à des règlements de comptes concernant le Sénat. Nous nous posons également la question de savoir pourquoi le gouvernement entérine des décisions qui témoignent de la violation de la loi, notamment sur le système bicaméral», se sont interrogés les sénateurs.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire