lundi,26 octobre 2020
Accueil A La Une Gabon : les SDG et le RV vont-ils prêter allégeance au PDG...

Gabon : les SDG et le RV vont-ils prêter allégeance au PDG ?

Partis écrans cornaqués par l’ex tout puissant Directeur de cabinet Brice Laccruche Alihanga, président de l’Association des jeunes émergents volontaires (Ajev) et de sa toute aussi surprenante puissance financière, le parti des Sociaux démocratiques gabonais de Juste Louango Bouyomeka (SDG) et le parti du Rassemblement pour la restauration de valeurs de Emmanuel Norbert Tony Ondo Mba sont tous deux dans l’expectative. Pour cause, leurs guides, les phares qui éclairaient leurs lanternes ont été épinglés par l’opération Scorpion et écroués à Sans famille. Une situation qui fragilise les deux partis, lesquels devraient sans grande surprise, rejoindre les rangs du mastodonte PDG. Parti qu’il avaient pourtant fragilisé, snobé et fait de l’ombre. 

« Un seul être vous manque et tout est dépeuplé »  cet adage populaire de l’écrivain et poète français Lamartine, illustre incessamment la situation dans laquelle se retrouvent le parti des Sociaux démocratiques gabonais dirigé par Juste Louango Bouyomeka (SDG) et le parti du Rassemblement pour la restauration de valeurs présidé par Emmanuel Norbert Tony Ondo Mba récemment déféré à la Prison centrale de Libreville tout comme Brice laccruche Alihanga le 13 décembre 2019 pour détournement de fonds, blanchiment de fond, concussion faux et usage de faux et complicité de détournement. 

Ces deux ex membres du gouvernement Julien Nkoghe Bekale, le « messager intime » encore plus que le député de Bitam, étaient et c’est un secret de polichinelle, les figures de proue de ces deux mouvements politiques qui ont bouleversé l’échiquier politique gabonais en s’imposant en moins de deux ans dans cette sphère réputée sensible et en ayant une telle influence née d’une telle puissance financière aux origines inconnues, qu’ils ont fait pâlir de jalousie le colosse et insubmersible Parti démocratique gabonais. Son influence était telle que le seul Rassemblement pour la restauration des valeurs (RV) a trusté 7 places à l’Assemblée Nationale au terme de l’élection couplée législative et locale d’octobre 2018.    

LIRE AUSSI: Gabon : le pouvoir du RV s’étiole au sein du gouvernement 

Présidents en disgrâce, présumés criminels financiers aux dires des juges d’instruction dans la cadre de l’opération Scorpion,  inactifs pour l’heure du fait de leur déferrement à la Prison centrale de Gros Bouquet à Libreville, le parti des Sociaux démocratiques (SDG) et le parti du Rassemblement pour la restauration (RV) des valeurs se cherchent tous deux des nouveaux guides, un nouveau pare feu sous lequel ils pourraient continuer à vivre à défaut d’exister et de régner comme ils l’ont fait autrefois sous le directorat et l’intendance de BLA, celui qui assume la paternité de la célèbre tirade « Qui boude, bouge… » 

Mais concrètement, quelles alternatives s’offrent-ells à ces deux partis sans relief qui paient leur prépondérance opportune dans la sphère politique du fait de l’émergence de l’ex directeur de Cabinet du président de la République Brice Laccruche Alihanga? 

Se revendiquant de la majorité présidentielle, et en toute logique, l’une des seules véritable options qui s’offre aux partis chers à Juste Louango Bouyomeka et Emmanuel Norbert Tony Ondo Mba dit TOM est celle de rejoindre le Parti au pouvoir. 

LIRE AUSSI: Opération Scorpion : Tony Ondo Mba écroué à la prison centrale de Libreville 

Seul bémol, le distingué camarade Ali Bongo Ondimba, président du Parti démocratique gabonais, lequel a récemment reçu le soutien de l’Etat major dudit parti dans sa lutte contre la corruption, est à l’origine de l’opération Scorpion qui s’est soldé par les interpellations puis les placement en mandat de dépôt des mentors des partis concernés dont son Brice Laccruche Alihanga et Tony Ondo Mba sont les hommes providentiels. Il se susurre même que le PDG devrait dans un futur proche tenir un congrès extraordinaire dont l’objectif serait d’évincer l’ex ministre du Suivi de la stratégie des investissements humains et des Objectifs de développement des arcanes du parti dont il est toujours directeur de cabinet politique du distingué camarade président et avec lui et toutes les autres personnalités affidés de l’Ajev.      

LIRE AUSSI: Gabon : Brice Laccruche Alihanga, le «messager intime» à Sans famille  

Conscient de cet état de faits, SDG et RV vont-ils faire allégeance au PDG de Noureddin Bongo sachant qu’ils viennent de mettre sous l’éteignoir en envoyant à Sans famille leur président et leur mécène ? 

Il est connu de notoriété publique que dans la pratique de la chose publique et la vie des partis politiques, la fraternité militante, valeurs fondamentale de l’unité d’un parti est plus importante que l’individulisme carriérisme. Très souvent, le parti s’arrime à la vision de son président et de son Bureau directeur. Que penser d’un parti politique qui s’aliène pour la famille politique à l’origine de l’incarcération de leur chef par le truchement d’une opération lancée par celle-ci, décriée par l’opinion qui y voit non pas une manifestation de la justice mais des règlements des comptes? 

LIRE AUSSI: Opération scorpion : le RV «encourage la lutte contre la mauvaise gouvernance» 

Le parti des Sociaux démocratiques gabonais de Juste Louango Bouyomeka (SDG) et le parti pour du Rassemblement pour la restauration de valeurs de Emmanuel Norbert Tony Ondo Mba sont à la croisée des chemins. Ils sont attendu et la trajectoire pour laquelle ils opteront décidera de la place qu’il veulent occuper dans l’histoire et dans la conscience sociale . Ployer le genou face au PDG, bourreau de leurs figures politique avec valeurs, principes, orgueils à terre et pied sur leur honneur, ce qui reviendrait à désavouer Tony Ondo Mba et Brice Laccruche Alihanga ou prendre position et  favoriser l’éventualité d’une alternance. 

 

Dans cette équation politique insoluble à multiple inconnues ou règne posture hypocrite et stratégie opportuniste, le parti pour du Rassemblement pour la restauration des valeurs a apporté un début de solution, s’immolant de compromission, et même soyons fous, de trahison en disant soutenir la lutte contre la mauvaise gouvernance prônée par Ali Bongo ondimba. Cette prétendue lutte à géométrie variable qui a conduit Tony Ondo Mba et Brice Laccruche Alihanga dans les geôles de la Prison centrale. Le SDG va t-il lui emboîter le pas et se vautrer lui aussi dans la compromission ? Wait and see!!

Laissez votre commentaire

Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion