Gabon: les retraités vent debout au sujet du paiement trimestriel des pensions

Les retraités devant le siège de la CNSS © D.R

La décision de la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) de revenir à un mode de paiement trimestriel des pensions est loin de faire l’unanimité auprès des retraités, malgré les explications apportées par la direction générale de cet organisme. Une situation qui laisse présager une véritable levée de boucliers de ces compatriotes qui ont cotisé des années durant et qui ne comprennent pas le changement soudain des conditions de paiement.



Ce jeudi 18 avril la direction générale de la Caisse nationale de sécurité sociale a tenu à édifier le Collectif des retraités des secteurs privé et parapublic sur la mesure visant à revenir au mode de paiement trimestriel des pensions. Une décision qui a du mal à passer auprès des principaux concernés qui n’ont pas manqué d’exprimer leur désapprobation de voir celle-ci s’appliquer.

Pour l’ensemble des retraités qui ont investi l’esplanade du siège de l’organisme pour dire « non à cette mesure » qui doit s’appliquer dès le 5 mai prochain, celle-ci ne s’explique pas alors que depuis 2014, ils percevaient leurs droits de manière mensuelle. « Les Us et coutumes sont des sources de droit dans notre pays. Nous estimons que cet acquis devient un droit », a déclaré le président du Collectif, Edouard Nguéma, au cours de la rencontre.

Il faut dire que outre la question du retour à un paiement trimestrielle, la CNSS est aussi pointée du doigt dans la lenteur qu’elle prend dans le traitement des dossiers des nouveaux retraités, certains y voyant presque une volonté de ne traiter à temps ces cas qui se comptent par milliers. D’ailleurs pour une certaine catégorie de retraités, cette situation est et sera à la cause de la dégradation de leurs conditions de vie et pire à leur décès.

Pour s’opposer à cette décision,  le Collectif des retraités des secteurs privé et parapublic a annoncé avoir saisi le chef du gouvernement Julien Nkoghe, « qui est à l’origine des difficultés de la CNSS du fait du non paiement d’une dette qui s’élève à plusieurs milliards », mais aussi les présidents des différentes institutions constitutionnelles pour faire constater cette incurie qui tendra à paupériser les retraités gabonais.

Laissez votre commentaire