jeudi,29 octobre 2020
Accueil A La Une Gabon: les retombées négatives du Kevazingogate sur le secteur bois

Gabon: les retombées négatives du Kevazingogate sur le secteur bois

Alors que l’affaire des 353 containers de Kevazingo disparus secoue le pays et divise l’opinion, ses conséquences sur le plan économique s’annoncent désastreuses. Ainsi, comme l’a souligné Lambert Ngabzegwe le secrétaire général du syndicat national des travailleurs de Rougier Gabon (Syntrarga), « des milliers de mètres cubes débités sont bloqués dans nos sites de Franceville et dans l’Ivindo », outre la société française, c’est tout le secteur qui pourrait donc pâtir de cette situation.

L’onde de choc provoquée par l’affaire des 353 containers de Kevazingo disparus, a d’ores et déjà eu des conséquences néfastes sur le plan socio-politique, avec le limogeage à la fois du ministre des Forêts, du Vice président et de plusieurs hauts fonctionnaires. Néanmoins, bien au delà de la sphère politique, c’est sur le plan économique que les retombées risquent d’être les plus dramatiques.

En effet, alors qu’au terme de l’année 2018, les industries de transformation du bois ont enregistré une nouvelle progression de leurs performances industrielles et commerciales, avec une production de bois débités en augmentation de 13,7% à 963 834 m3, le secteur pourrait voir ses chiffres dégringoler principalement à cause du « Kevazigogate ».

De ce fait, comme l’a souligné Lambert Ngabzegwe, le secrétaire général du syndicat national des travailleurs de Rougier Gabon (Syntrarga), « des milliers de mètres cubes débités sont bloqués dans nos sites de Franceville et dans l’Ivindo », or, le secteur avait en 2018, pleinement profité de  l’amélioration des conditions d’approvisionnement des unités de production et de la montée en puissance des usines nouvellement installées.

Ainsi, en plus des ventes locales qui pourraient être plombées du fait de la frilosité des principaux acteurs du secteur et de la rigidité des procédures, les exportations qui représentaient 734 635 m3 et qui avaient progressé de 8% en 2018 grâce à la fermeté de la demande de bois sciés sur le marché asiatique avec notamment la Chine, pourraient également prendre un sérieux coup et conduire les employés à des situations de chômage technique voire conjoncturel.

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion