Gabon: les projets “surréalistes” à 112 milliards initiés par Désiré Lasségué à la CNSS

Les difficultés de trésorerie actuelles de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) ont fait émerger un certain nombre de questions sur la gestion, la gouvernance et surtout les investissements de cette entité au cours des dernières années. Ainsi, dans le rapport d’audit réalisé par le cabinet Natray et dont Gabon Media Time a obtenu copie, on apprend que des investissements ont été engagés pour un montant global de 112 milliards de Fcfa. 


Deux (2) tours jumelles à 50,591 milliards de Fcfa dont 4,3 milliards de Fcfa déjà décaissés, un siège social R+8 à 21 milliards de Fcfa, les logements sociaux d’Okolassi, le siège CNSS Port-gentil à 5,9 milliards de Fcfa, la galerie d’Oloumi à 2 milliards de Fcfa, 1 milliard de Fcfa pour l’achat de terrains, 2,488 milliards de Fcfa pour l’achat de matériel et mobilier de bureau, ou encore 2,5 milliards de Fcfa pour un projet informatique. Les projets entrepris par Désiré Lasségué à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) sont évalués à 112 milliards de Fcfa. 

En effet, le rapport d’audit réalisé par le cabinet international d’audit et d’expertise comptable Natray remis à la CNSS et dont Gabon Media Time a obtenu copie, souligne non seulement l’importance mais aussi le caractère inopportun de ces projets. Évalués globalement à 112 milliards de Fcfa mais aujourd’hui à l’arrêt, ces projets ont plombé la capacité financière de la CNSS et de l’Etat par effet domino puisque cet organe est rattaché au ministère de l’Economie. 

De ce fait, on peut aisément situer les prémices des nombreuses difficultés que rencontre l’organisme chargé « d’assurer la sécurité sociale aux travailleurs du secteur privé ». Dès lors, de nombreuses questions demeurent. Comment le conseil d’administration a-t-il pu approuver de tels investissements au regard de l’ardoise de plus de 400 milliards de Fcfa que la CNSS traîne depuis des années? Quid de l’attribution des marchés de gré à gré? A qui profite cette situation qui aujourd’hui pénalise l’ensemble des retraités? 

Entre mauvais choix d’investissement, stratégie inexistante, mauvaise gouvernance, gestion opaque et illégale (à l’image du paiement mensuel des pensions), on est en droit de se demander comment la CNSS a pu fonctionner dans ces conditions pendant autant d’années, au regard des nombreuses dispositions et orientations qui l’entourent. 

Laissez votre commentaire