Gabon: les passagers de la Setrag à nouveau dans le calvaire

Des passagers de la Setrag le 16 février 2018 sur la voie férée © D.R.

Les passagers de la Société d’exploitation du Transgabonais (Setrag) vont une fois de plus endurer le calvaire d’une attente interminable. Pour cause, la Setrag vient d’enregistrer un nouveau déraillement d’un train minéralier ce mardi 18 juin 2019, entre Miloé et Mouyabi, dans la province de l’Ogooué-Ivindo. Un accident qui va occasionner une interruption momentanée de la circulation des trains. Malgré la prise en charge des passagers, l’épineuse question de la vétusté de la voie ferrée demeure.

GABON LIBREVILLE

C’est aux environs de 3h20 qu’un train minéralier de la Setrag a déraillé ce mardi 18 juin 2019, entre Miloé et Mouyabi, dans l’Ogooué-Ivindo, précise un communiqué de l’entreprise ferroviaire. Cet incident sera à l’origine de bien des désagréments pour les passagers, ce d’autant plus que la circulation sur cette voie unique sera momentanément interrompue à compter d’aujourd’hui. Nul ne sait pendant combien de temps.

La solution temporaire proposée par la Setrag est « la prise en charge des passagers dont le voyage a été impacté ». Ces derniers bénéficieront des services prévus à cet effet par l’entreprise ferroviaire, qui promet le rétablissement de la voie dans les meilleurs délais, grâce à l’intervention des équipes mobilisées pour l’occasion.

Cependant, ces accidents sur la voie ferrée sont récurrents ces dernières années. En effet, en janvier 2018, un train de Comilog avait déraillé entre les gares de Mbougou et Lifouta. En mars 2019, deux trains sont entrés en collision à Ntoum, faisant plusieurs morts. En mai dernier, trois personnes ont perdu la vie entre les gares de la Lopé et l’Offoué.

Si l’erreur humaine est très souvent pointée du doigt, l’on s’étonne de ce que la vétusté de cette unique voie ferrée que compte notre pays ne soit jamais remise en cause, alors même que l’Agence française de développement (AFD) et la banque mondiale avaient accordé un prêt à la Setrag pour sa rénovation.

Le moment est peut-être venu pour le gouvernement de se poser les bonnes questions sur ce dossier. Par exemple, où sont les conclusions des enquêtes menées après les incidents de janvier 2018 ? Où en est le « programme de remise à niveau de la voie ferrée afin de traiter les zones instable » ? Où en est « l’acquisition de nouvelles rames et la mise en place d’un nouveau système d’exploitation », annoncés en 2016 par le gouvernement ?

Laissez votre commentaire