samedi,19 juin 2021
GIF-Enami Shop_GMT-v3
AccueilDerniers articlesGabon: les passagers boudent les prix du transport fluvial Lambaréné-Port-Gentil

Gabon: les passagers boudent les prix du transport fluvial Lambaréné-Port-Gentil

Augmentés brutalement aux premières heures de la Covid-19 au Gabon, les prix du transport fluvial Lambaréné-Port-Gentil et vice versa, devraient selon les passagers revenir à la grille d’origine. Et pour cause, aucune mesure barrière n’est respectée occasionnant même un fort risque de contamination puisque les passagers sont « serrés comme de sardines ». 

Déjà confrontés à des difficultés énormes après la fermeture de plusieurs activités pour cause de lutte contre la propagation du coronavirus, plusieurs individus installés à Lambaréné et Port-Gentil doivent désormais cravacher pour se déplacer. En effet, la traversée à bord d’une vedette n’est possible qu’en contrepartie d’un montant assez alléchant. Et ce, d’autant plus que les prix ont été majorités par les propriétaires desdits moyens de transport fluvial.

Ainsi donc pour avoir une place économique il faut prévoir entre 20 et 22.000 FCFA la tête. Quant aux personnes habituées à la classe Very important person (VIP) le prix avoisine 26.000 FCFA. Si au temps fort de la crise sanitaire, cet état de fait était accepté des usagers qui comprenaient les efforts consentis par ces acteurs économiques, la donne a littéralement changé.

Aujourd’hui, il n’est plus rare de voir des vedettes pleines à craquer. La clientèle y est installée de manière peu confortable alors même que le gouvernement, notamment les ministres de la Santé le Dr. Guy Patrick Obiang Ndong et son collègue de l’Intérieur Lambert-Noël Matha s’évertuent à mettre en alerte les populations sur une possible vague plus dangereuse de ladite pandémie.

Pour leur part, les commerçants semblent se plaire dans ce qui s’apparente bien plus à une  mascarade savamment entretenue qu’autre chose. D’ailleurs questionné par notre confrère L’Union, un propriétaire s’est fendu d’un discours des plus désobligeants. « Si la marine marchande elle-même ne fait rien, nous on doit faire quoi ? On cherche juste à gagner notre argent. On va demander à qui de rester alors qu’il y  a beaucoup de clients ? », aurait-il indiqué. Vivement que le gouvernement fasse l’arbitrage sur cette pratique qui alourdit les charges des usagers.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Publicité Sunu Assurances Refresh Airtel Prevoyance