lundi,21 septembre 2020
Accueil A La Une Gabon: les parlementaires du PSD dénoncent «un complot» contre Maganga Moussavou

Gabon: les parlementaires du PSD dénoncent «un complot» contre Maganga Moussavou

Réagissant à leur tour ce lundi 27 mai 2019 au siège de leur formation politique le Parti social démocrate (PSD), leurs deux députés et deux sénateurs ont dénoncé « une cabale» voire « un complot »  contre leur président Pierre Claver Maganga Moussavou ancien vice-président de la République, limogé le 20 du mois courant au plus fort du « Kevazingogate » ce vaste scandale lié à la disparition de 353 conteneurs sous scellés entreposés au port d’Owendo.

C’est par la voix d’Albertine Maganga Moussavou, son épouse et présidente déléguée du PSD que les parlementaires de cette formation politique dite de l’opposition modérée se sont insurgés contre ce qu’ils ont qualifié de  « complot »  et de « cabale » contre leur président et ancien Vice président de la République, Pierre-Claver Maganga Moussavou qui selon eux n’a été ni « entendu » ni déclaré « coupable » par une quelconque « décision de justice » dans le cadre de la disparition des conteneurs de Kevazingo.

Une sortie qui se tient une semaine après que Pierre-Claver Maganga Moussavou eut lui même réfuté toute implication dans ce vaste scandale qui a déjà donné lieu à la suspension à titre conservatoire d’une douzaine de hauts fonctionnaires, dont certains seraient en détention préventive et du limogeage du ministre d’Etat en charge des Forêts. Pour faire la lumière, les élus du PSD ont sollicité  « une réaction de la présidence de la République afin que soit mis fin à ce complot », a martelé l’oratrice.  

Victime de toutes sortes de quolibets depuis son éviction de la vice-présidence,  Pierre-Claver Maganga Moussavou reçoit par cette sortie médiatique, le soutien des élus de son parti par le voix de sa présidente déléguée. « Les parlementaires du PSD ne pouvaient pas rester silencieux, indifférents face à l’actualité brûlante du moment. Un parallèle a été tiré entre cette éviction et le scandale du trafic de kévazingo dans notre pays. Pierre-Claver Maganga Moussavou est présenté comme le chef de gang du trafic de kévazingo. Il est vilipendé, traîné dans la boue, humilié aussi bien au niveau national qu’international », a-t-elle précisé.

Ces parlementaires ont sollicité l’intervention du président Ali Bongo Ondimba qui a fait de Pierre-Claver Maganga Moussavou au sortir du dialogue d’Angondjé son premier collaborateur afin que soit mis fin la « campagne de dénigrement » dont il est victime.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Street 103 Gabon Gmt