Gabon: les parents d’élèves s’opposent aux nouvelles conditions d’obtention de la bourse

C’est à la faveur d’une déclaration de presse, que le président de la coordination des associations de parents d’élèves a tenu à reagir à la recente adoption par le conseil des ministres d’un decret fixant des nouvelles modalités de prise en charge par l’Etat des élèves et étudiants boursiers au Gabon et à l’étranger, ainsi que des nouvelles conditions d’attribution des bourses. Des mesures que les parents d’élèves n’ont pas manqué de qualifier d’illogiques notamment en ce qui concerne  la limitation de l’âge d’accès à la bourse à 19 ans.



Le communiqué final du Conseil des ministres du 29 Mars 2019 a eu comme particularité, l’adoption de plusieurs projets de décret dont celui les nouvelles modalités de prise en charge par l’Etat des élèves et étudiants boursiers au Gabon et à l’étranger. Il en ressortait notamment que « l’âge de l’élève est fixé désormais à 19 ans au plus au moment de la demande de bourse ; l’obtention du baccalauréat ou d’un diplôme équivalent reconnu par l’Etat gabonais, avec une moyenne générale supérieure ou égale à 12/20 à l’examen ».

En  réaction à ces nouvelles mesures qui ne cessent de provoquer réprobation au sein de l’opinion, le Président du bureau exécutif national Martin Rostand Ossey Kokou, s’est appuyé  sur la loi 21/2011 du 14 Février 2012 portant orientation générale de l’Éducation, de la Formation et de la Recherche. «  Le premier cycle est de quatre ans pour le collège et le second cycle de trois ans pour le lycée ».  

Pour ce dernier,  «  L’élève qui a fait ses études primaires et secondaires en respectant la logique d’un redoublement par cycle devrait avoir sa bourse attribuée après son obtention au baccalauréat  », a-t-il indiqué.

Il a illustré son propos par un exemple. «  si un élève est autorisé à s’inscrire à l’âge de six ans au primaire, par le principe de redoublement par cycle, il en ressortirait à l’âge de 13 ans. Au secondaire en plus des sept ans, on ajouterait trois ans, 13+7=20 ans + 2 ans de redoublement par cycle , ce qui donnerait l’âge de vingt deux 22 ans pour l’attribution de bourse à tout élève admis au baccalauréat ».

Par ailleurs, il s’est abstenu de commenter les deux types de bourses prévues hors mérite à savoir l’allocation partielle et le prêt étudiant. «  Ne sachant ni les tenants ni les aboutissants. Je les considère comme une première, dans un pays Africain au sud du sahara », a-t-il conclu. Autant dire que la pilule aura du mal à passer.

Laissez votre commentaire