mardi,7 juillet 2020
Accueil A La Une Gabon: les parents d'élèves des lycées français hors contrat opposés au bac...

Gabon: les parents d’élèves des lycées français hors contrat opposés au bac en septembre

C’est en réaction au décret pris par le ministre de l’Éducation nationale français Jean-Michel Blanquer fixant le déroulement du baccalauréat pour la catégorie d’élèves des Lycées hors contrat en septembre prochain, que les parents desdits élèves ont tenu une conférence de presse ce mercredi 24 juin 2020. Ladite conférence a consisté à appeler les autorités françaises à adopter un même régime pour toutes les catégories de candidats à cet examen sans discrimination aucune. 

Global Media Time Gifpx

Alors que tous les apprenants inscrits au sein des lycées obéissant au programme français pensaient obtenir leur baccalauréat grâce au nouveau régime d’obtention annoncé le 3 avril dernier par le ministre de l’Education nationale français Jean-Michel Blanquer, la donne a brusquement changé. Dorénavant, tous les candidats des lycées français hors contrat passeront les épreuves en septembre tandis que leurs camarades des établissements sous contrat ne seront jugés que sur la base de leurs notes de classe et du contrôle continu mis en place en raison de la pandémie de coronavirus. 

Fort de ce qui se présente d’emblée comme une discrimination, plusieurs contestations sont faites par les concernés partout dans le monde. Au Gabon, le collectif des parents d’élèves des établissements soumis à l’enseignement de l’éducation nationale français au Gabon a tenu ce jour une conférence de presse pour dénoncer cet état de fait.  « Compte tenu de la crise sanitaire liée à la Covid-19, aujourd’hui les élèves des lycées privés français hors contrat sont lésés. Nous voulons demander au ministère de l’Education nationale de France de considérer tous ces élèves au même niveau. Nous disons non au bac de septembre 2020 », a déclaré Béatrice Mourima, une mère d’apprenants. 

Par ailleurs, le collectif de parents d’élèves a sollicité une application générale des modalités d’obtention du baccalauréat par l’Etat français. « En tenant compte des pré-inscriptions que nos enfants ont déjà effectuées dans les établissements français, nous sollicitons tout simplement que tous ces établissements francophones que ce soit Blaise Pascal ou d’autres, sous contrat ou hors contrat passent le bac selon les critères définis avant la Covid-19 », a renchéri Victor Nze Biteghe. 

Présente à cette sortie médiatique en qualité de représentante de tous les candidats lésés, Marcy Brenda Meyecket a dénoncé le caractère inégalitaire de cette mesure. « Ce n’est pas de notre faute si la Covid-19 existe. Alors ne nous condamnez pas pour une faute que nous n’avons pas commise. Car il n’y avait pas cette pandémie nous n’aurions pas subi de traitement. A mesure exceptionnelle, égalité exceptionnelle . Nous méritons tous le même traitement », a-t-elle indiqué. 

Pour l’heure, les élèves espèrent encore pouvoir obtenir leur bac grâce au contrôle continu introduit comme modalité de calcul de points. Espérons que cet appel du cœur sera entendu par la tutelle française qui gagnerait à se raviser pour l’intérêt général.  

Laissez votre commentaire

Mouss Gmt
Agasa Pub Pavé Portrait Agence Gabonaise de Sécurité Alimentaire
Street 103 Gabon Gmt