mardi,29 septembre 2020
Accueil A La Une Gabon: les opérateurs lourdement pénalisés par le respect des quotas de l’Opep

Gabon: les opérateurs lourdement pénalisés par le respect des quotas de l’Opep

Malgré un baril de Brent à 43 dollars à l’ouverture ce lundi, les opérateurs pétroliers installés sur le territoire national pourraient accuser le coup pendant encore quelques mois. Et pour cause, membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), le Gabon a dû se résoudre à appliquer le respect des mesures visant à réduire de 23% les quotas de production. Une décision qui bien que salvatrice pour le secteur dans son ensemble, s’avère pénalisante pour des opérateurs qui ont dû réduire significativement leurs investissements.

En confirmant à l’issue de la rencontre du 15 juillet dernier avec les ministres du pétrole des pays membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), la volonté du gouvernement de s’arrimer aux modalités de réduction des quotas de production établis à hauteur de 23%, l’exécutif a dans le même temps douché les perspectives des opérateurs pétroliers nationaux, déjà obérées par la crise sanitaire actuelle. 

En effet, « la poursuite des efforts de réduction » qui sont selon le ministre du Pétrole Vincent de Paul Massassa, « gage de bonnes perspectives pour le marché mondial de l’or noir », devrait à terme porter un coup dur à des opérateurs pétroliers qui se disent « pénalisés » par ce quota de 23%, qui en définitive ne devrait profiter qu’aux principaux pays exportateurs de pétrole. 

Si l’on prend le cas de Total Gabon opérateur historique installé dans le pays, et qui a déjà dû réduire de manière significative ses investissements malgré le déclin progressif de sa production au cours des trois dernières années (44600 barils/jour en 2017 et 31200 barils/jour en 2019) qu’il espérait combler en 2020, cette stratégie devrait porter sa production journalière à un peu moins de 25000 barils/jour. Idem pour Perenco, BW Energy, Maurel et Prom, VAALCO Gabon et l’ensemble des opérateurs pétroliers.

Délicate donc pour ces derniers, cette situation pourrait également impacter durablement l’employabilité dans un secteur qui demeure le plus rentable de notre économie, même si en interne aucun plan de licenciement n’est pour l’heure évoqué par les entreprises. Face à une situation délicate à plusieurs titres, le gouvernement devrait assurer une « hiérarchie des mesures à prendre et les adapter face à la gravité de ce choc » comme le suggérait il y a quelques mois le groupe de la Banque mondiale.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Street 103 Gabon Gmt