Gabon: les militants UPG du département de la Lebombi-Leyou rejoignent SDG

Le porte-parole des militants UPG démissionnaire Idriss Wana © D.R

Près d’un mois après la première vague de transfuges de certains partis de l’opposition et de la majorité vers les Sociaux démocrates gabonais (SDG), une deuxième vient d’avoir lieu. En effet, des ressortissants du département de la Lebombi-Leyou dans le Haut-ogooué ont annoncé leur démission commune de l’Union du peuple gabonais (UPG) pour cause de léthargie et de non respect de ses engagements.



Les sociaux démocrates gabonais n’en finissent plus de faire parler d’eux. En effet, la désormais deuxième force politique au Gabon vient de débaucher des militants chez ses concurrents politiques immédiats dans une zone stratégique à savoir le Haut-Ogooué. C’est à travers une lettre de démission adressée au secrétariat de l’Union du peuple gabonais (UPG) que les démissionnaires ont fait part à leur ancien parti la décision commune de quitter ses rangs et de rallier un autre parti.

Ces départs massifs des fils et filles du département de la Lebombi-Leyou ne sont pas sans motif. Les transfuges justifient leur décision par « la léthargie, le manque de vision, la déliquescence, le climat délétère interne et le peu d’intérêts des responsables du parti envers les populations du département ». C’est donc cet ensemble de reproches longtemps faits qui ont eu raison des leaders de l’UPG qui voient s’étioler un peu plus leur formation politique.

C’est donc 21 militants qui décident de renforcer les rangs des Sociaux démocrates gabonais, à savoir Wana Idriss, Ngomedi Denis, Ikanja Jeremie, Nzamba Euphrasie, Kandja Herve, Ngamassagha Eloge, Nyamat Steeve, Mbioko Luc Hervé, Boundama Giro, Nzoundou Régis, Ndindji Fiacre, Otha Patricia, Obanga, Massangha Cédric, Oyougou Kari, Matobo Hervé, Ikabanga Edgard, Bissebissebi Jean Pierre, Owoumakassiele Jerome, Ngoma Fabrice et Ngoma Stael. Tous défendront des nouvelles couleurs politiques.

Pour rappel, le Jeudi 28 mars 2019, 8 acteurs de la vie politique du département de l’Ogooué et Lacs annonçaient devant la presse nationale leurs démissions respectivement de L’Union nationale (UN), le Centre des libéraux réformateurs (CLR) et l’Alliance pour le changement et la restauration (ACR).

Laissez votre commentaire