mercredi,20 octobre 2021
AccueilA La UneGabon: les magistrats confrontés à un déficit en mobilier de bureau et...

Gabon: les magistrats confrontés à un déficit en mobilier de bureau et en matériel informatique

Ecouter cet article

Éléments clés dans l’administration de la justice au Gabon, les magistrats ne semblent pas épargnés par le manque de matériels et d’équipements de travail. A ce propos, l’Inspecteur général du ministère de la Justice a révélé durant le dernier Conseil de la magistrature (CSM) présidé par Ali Bongo Ondimba que les juridictions, tous ordres compris, souffrent d’un « déficit en mobilier de bureau et matériel informatique ».

Appelé à livrer les constatations de la récente mission d’investigation dans les juridictions sur toute l’étendue du territoire, l’Inspecteur général a fait un listing exhaustif des maux auxquels font face, au quotidien, les personnels judiciaires dans l’accomplissement de leurs missions. Il a entre autres pointé du doigt le déficit en mobilier de bureau et en matériel informatique. 

Selon ledit rapport, ces carences criantes et déplorables sont de nature à entretenir l’inéfficacité du déploiement de la justice dans notre pays. Et ce, d’autant plus que les faiblesses en équipements de base ne permettent pas un fonctionnement optimal des différentes juridictions. Toute chose qui serait due à l’insuffisance en dotations budgétaires de la presque totalité des juridictions.

Pourtant, si l’autonomisation de la maison est perçue comme un idéal républicain, il semble que des difficultés liées au fonctionnement constituent un obstacle. Il s’agit du manque d’efficience dans la délivrance des extraits de jugement. Lesquels permettent «  le recouvrement des amendes et des frais de justice et des bulletins n°1 constituant le relevé des condamnations à partir duquel sont établies les extraits de casiers judiciaires ».

Il va sans dire qu’Ali Bongo Ondimba et Erlyne Antonella Ndembet épouse Damas respectivement président et vice-président du Conseil supérieur de la Magistrature, gagneraient à remédier à ces manquements qui ne sauraient être justifiés. Notons que ledit conseil a sollicité un renforcement en termes de ressources humaines. Ce qui entraînerait d’emblée des charges supplémentaires.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop