jeudi,29 octobre 2020
Accueil A La Une Gabon : les habitants du PK7 dénoncent une tentative d’enlèvement

Gabon : les habitants du PK7 dénoncent une tentative d’enlèvement

Ce jeudi 23 janvier 2020, les habitants du PK 7 dans le 6ème arrondissement de Libreville sont descendus dans la rue pour manifester leur mécontentement suite à ce qu’ils ont appelé une tentative de kidnapping sur mineur. Il est presque 22 heures quand les riverains ont posé des barriques et enflammé des pneus sur la chaussée pour dénoncer ces faits qui défraient la chronique sur les réseaux sociaux, malgré les assurances du gouvernement.  

Les habitants du PK7 et ses environs se sont mis dans une colère noire après qu’un enfant du quartier aurait été arraché des mains de sa mère brutalement par des individus alors qu’ils sortaient de l’école. L’incident malheureux se serait produit selon des riverains au niveau des  « deux écoles » au Pk8 plus tôt dans la journée de ce jeudi 23 janvier. Pour l’instant aucune information n’a été donnée par les forces de l’ordre qui se sont pourtant rendus sur les lieux pour dissiper les manifestants. 

Hier soirs après que les riverains eurent posé des barricades et mis le feu sur la chaussée, des agents de forces de police ont réussi à arrêter le feu et à ramener la sérénité. Jointe par notre rédaction ce matin, une habitante du quartier a manifesté son ras-le-bol. « On est fatigués de rester la bouche fermée quand nos enfants deviennent des monnaies d’échange pour certains qui veulent la gloire », a-t-elle confié. 

Selon les informations obtenues par Gabon Media Time auprès de la Direction de la communication gouvernementale, une cellule de crise se penche ce matin sur ces faits qui continuent d’alimenter la psychose au sein de l’opinion. Dans la journée, une version officielle sera rendue publique. 

Au moment où nous publions cet article, des sources sur place nous font état de ce que des agents de la police judiciaire se sont à nouveau rendus sur les lieux pour tenter de  démêler l’écheveau. Si officiellement « Il n’existe qu’un cas d’enlèvement c’est celui du jeune Rinaldi  », selon Anicet Mboumbou Miyakou, il ne se passe plus un jour sans que des individus publient sur Facebook des alertes d’enlèvement. Une situation qui mérite que les autorités s’y penchent avec plus de fermeté pour que le calme regagne les coeurs des pères et mères de famille qui vivent depuis des jours dans la psychose. 

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion