vendredi,17 septembre 2021
AccueilA La UneGabon : les frères Laccruche «menacés de mort» lors de leurs interrogatoires?

Gabon : les frères Laccruche «menacés de mort» lors de leurs interrogatoires?

Ecouter cet article

Arrêtés et écroués à la prison centrale de Libreville depuis décembre 2019, Brice Laccruche Alihanga et Grégory Laccruche Alihanga ont par le canal de leurs avocats français porté plainte contre X pour détention arbitraire et violences volontaires. Des chefs d’accusation auxquels est venu se greffer un autre infiniment plus grave, celui de menaces de mort proférées contre eux, lors de « leurs interrogatoires nocturnes » au moment de leur garde à vue. 

Brice Laccruche Alihanga ancien ministre et ancien tout puissant Directeur de cabinet du président de la République et son frère Grégory Laccruche Alihanga, maire de la commune d’Akanda ont décidé depuis quelques semaines, en sus de la bataille juridique menée au Gabon, d’en lancer une autre concomitamment à celle assurée par maître Ange Kevin Nzigou, par le canal de ses deux avocats français qui ont essentiellement orienté la défense de leurs clients sur les attaques envers l’actuel Coordinateur général des Affaires présidentielles, ami et intime de BLA, Noureddin Bongo Valentin.    

Cette  plainte en dénonciation au delà des faits de détention arbitraire et de violences volontaires que subiraient les frères Laccruche Alihanga au bagne, s’accompagnerait désormais d’une autre, et pas des moindres, celles des menaces visant à porter non plus atteinte à l’intégrité physique mais à la vie des deux anciens hauts commis de l’Etat gabonais. Ce sont des révélations du journal français  Libération qui évoquait des poursuites du clan pour des faits « menaces de mort lors d’interrogatoires de nuit, menés de manière extrajudiciaire dans la maison d’arrêt », pouvait-on lire sur le site de Libération.  

Une démarche qui si elle trouve une issue favorable sera accompagnée d’une demande « d’acte d’urgence laquelle va consister à l’audition des plaignants par la justice française, du fond de leur cellule. Puis de quelques hiérarques de la magistrature gabonaise éventuellement suivie d’un mandat d’arrêt international en cas de refus de coopérer », a-t-on pu lire dans la livraison de ce lundi 27 janvier 2020 de l’hebdomadaire L’Aube

Autant dire que le feuilleton sur cette affaire n’est que dans sa phase embryonnaire. Les frères Laccruche Alihanga, Brice en tête, sont réellement décidés à faire de l’ombre au Coordinateur général des Affaires présidentielles et ami d’antan, par les seules armes dont ils disposent encore, les finances, la nationalité française, la justice française et la connaissance accrue des dossiers de la République dans lesquels Noureddin Bongo Valentin semble désormais être selon eux, la figure de proue.       

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Enami Shop