samedi,25 septembre 2021
AccueilA La UneGabon: les forestiers s'inquiètent de la multiplication des contrôles dans le secteur

Gabon: les forestiers s’inquiètent de la multiplication des contrôles dans le secteur

Ecouter cet article

Un mois jour pour jour après la publication de l’arrêté N°041/MEFMEPCAT/CAB-M signé le 23 juillet 2021 par le Pr. Lee White, l’Union des forestiers et industriels du bois du Gabon (Ufiga) a tenu à marquer son inquiétude quant à cet arsenal intempestif visant à contrôler la légalité et la traçabilité des bois. Pour les 14 opérateurs économiques, cette mesure ministérielle est aux antipodes de l’ambition du gouvernement de rendre ce secteur compétitif.

Le Pr. Lee White et les Forestiers ne sont plus en odeur de sainteté. C’est peu de le dire, tant ces acteurs économiques du secteur du bois ont décidé de monter au créneau pour dénoncer l’asphyxie administrative impulsée par le ministre de tutelle ponctuée par la multiplication des contrôles de légalité et de traçabilité. Leur communiqué de presse rendu public dans les colonnes de L’Union pointe du doigt l’arrêté N°041/MEFMEPCAT/CAB-M signé le 23 juillet 2021.

Instituant un énième système de contrôle, cet arrêté a fini par causer l’ire des opérateurs économiques. « Les contrôles supplémentaires de ce nouveau système s’ajoutent aux contrôles périodiques déjà effectués par l’administration pour s’assurer de l’origine et de la légalité du bois exploité. En cas de doute sur l’efficacité des contrôles déjà effectués, le recours à l’inspection générale des services n’aurait-il pas suffi à corriger les manquements dans l’exécution de ces contrôles ? », se sont interrogés les membres de l’Ufiga.

L’Union des forestiers et industriels du bois du Gabon appelle le Pr. Lee White à « respecter la règle de l’indépendance comme exigé dans toute certification », ont-ils indiqué. Avant de préciser que les 14 membres de leur secteur sont tous certifiés ou en voie de l’être. Toute chose qui ne justifie pas un renforcement de mesures de contrôles et ce, d’autant plus que ces mécanismes génèrent des coûts additionnels qui constituent un frein à la compétitivité de la filière Forêt-Bois à l’échiquier mondial.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop