mercredi,8 décembre 2021
AccueilDerniers articlesGabon: les écogardes menacent de faire un sit-in au trésor

Gabon: les écogardes menacent de faire un sit-in au trésor

Ecouter cet article

N’étant toujours pas entrés en possession de deux mois de salaire, les écogardes du Gabon ont décidé de durcir le ton. Ainsi, le  Syndicat national des écogardes du Gabon (Syneg) a annoncé récemment la tenue d’un sit-in le mardi 16 novembre 2021 devant les locaux du Trésor public à Libreville. Les syndicalistes ont donné un ultimatum au gouvernement prévu pour le lundi 15 novembre avant leur montée au créneau.

À la suite de nouveaux retards liés au paiement de leurs salaires, les écogardes gabonais réunis au sein du Syneg ont décidé de durcir le ton. Ainsi, les syndicalistes ont annoncé la tenue d’un sit-in le mardi 16 novembre 2021 devant les locaux du Trésor public. Ces derniers ont fustigé le silence de leur administration de tutelle quant au paiement de deux mois d’arriérés.

« Nous avons, à l’unanimité, pris la résolution de faire un sit-in en uniforme au niveau du Trésor public dès le 16 novembre prochain si l’intégralité des deux mois d’arriéré de salaire n’est pas soldée au plus tard le 15 du même mois », a déclaré Sosthène Ndong Engonga, secrétaire général du Syneg. Selon les syndicalistes, la décision a officiellement été communiquée au secrétaire exécutif de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) le jeudi 11 novembre dernier.

Selon les syndicalistes, le choix d’un sit-in devant le siège du Trésor public n’est pas anodin. En effet, ayant plus d’une fois abordé la question des retards récurrents de paiement de salaires avec le patron de l’ANPN, celui-ci leur a toujours expliqué que ces retards étaient occasionnés par l’administration financière, notamment le Trésor public. Une situation qui explique le choix du lieu pour la grève.

Pour rappel, le Syneg a revendiqué entre autres le paiement de deux mois de salaire, l’amélioration des conditions de travail, la préservation des droits professionnels et le versement des cotisations CNSS et Ascoma, pourtant prélevées. Des droits sociaux légaux qui, s’ils sont réglés, ramèneront la sérénité au sein de cette agence perfusée par des milliards, tant bien nationaux que provenant de bailleurs de fonds internationaux.

Laissez votre commentaire

Andy Marvine Nzehttp://gabonmediatime.com
Fils de Lambaréné, passionné d'écriture et féru des réseaux sociaux, qui a à cœur d'informer sur l'actualité gabonaise et internationale. Avant j'étais chef de classe, maintenant je suis titulaire d'un Master en Sciences Politiques et relations internationales
Pub_Moov Money BGFIBank
Enami Shop