mercredi,25 novembre 2020
Accueil Derniers articles Gabon: les écogardes annoncent une grève et disent attendre Lee White de...

Gabon: les écogardes annoncent une grève et disent attendre Lee White de pied ferme

Lancé il y a tout juste deux mois, le Syndicat national des écogardes du Gabon (Syneg) n’aura pas tardé à se mettre en action pour défendre les intérêts de leurs adhérents. En effet, cette organisation syndicale vient d’entamer une grève au motif du traitement inhumain qui leur serait infligé par le ministre de tutelle Pr. Lee White qui laisse ces protecteurs des forêts gabonaises croupir dans la précarité avec pas moins de 3 mois de salaires impayés.

« Aujourd’hui nous sommes à 3 mois de salaires impayés alors que la rentrée des classes est proche. A ce sujet, les responsables hiérarchiques n’ont fait qu’afficher, le mois dernier, une note dans laquelle il est souligné que nos salaires sont en cours de traitement. Voilà un autre mois qui arrive, il n’y a toujours rien  absolument rien surtout, c’est inadmissible », c’est en ces termes que s’est offusqué Sosthène Ndong Engonga, secrétaire général du Syneg.

Une situation qui, bien que n’étant pas nouvelle, continue de surprendre plusieurs observateurs, persuadés que les divers mouvements d’humeur appartenaient au passé. Et pour cause, le ministre des Eaux et Forêts, le Pr. Lee White annonçait avoir trouvé la solution pour installer l’accalmie au sein de cette administration. Un énième leurre donc que le temps a bien fini par démasquer.

Pour sa part, le personnel de l’agence nationale des parcs nationaux (ANPN) s’est dit las d’être ignoré par la tutelle alors que celle-ci a été maintes fois sollicitée pour trouver une issue à ses revendications. « Nous avons fait une demande d’audience qui, malheureusement, est restée sans suite. Cela fait deux semaines et demie que ces derniers font la sourde oreille » a dénoncé le Syneg. Le personnel syndiq de cette plateforme s’interroge sur le bon sens du Pr. Lee White qui ne mesure pas le danger qu’il fait courir à la nation.

Et ce, d’autant plus qu’avec une grève des écogardes, ce sont les côtes gabonaises qui deviendront davantage poreuses qu’elles ne le sont déjà. Un laisser-faire que ne manqueront pas d’exploiter les braconniers et autres migrants qui ont récemment pu abattre près d’une cinquantaine de pachydermes. Pour rappel, le 15 juin dernier, les écogardes réunis autour du Syneg avaient observé un mouvement d’humeur au sein de la direction technique de l’ANPN pour réclamer la régularisation de leurs situations à la CNSS mais aussi et toujours, le paiement de leurs dus.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion