mercredi,20 janvier 2021
Accueil A La Une Gabon: les députés du RPM entre le marteau et l’enclume

Gabon: les députés du RPM entre le marteau et l’enclume

RHM ou RPM, RPM ou RHM ? Le départ de Serge Maurice Mabiala du  Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM) semble avoir ouvert la boîte de pandore du conflit idéologique et même statutaire existant entre les deux partis politiques. Menga et Barro Chambrier s’accusent mutuellement et se font un procès en légitimité. Le premier déclare que le RHM est le seul parti habilité à exister, le second affirme, lui, que le RPM est la seule formation politique ayant une personnalité juridique. Dans ce duel de coq, se retrouvent embrigadés, les députés RHM qui ont rejoint Alexandre Barro Chambrier dans la RPM qui finalement se savent plus sur quel pied danser. 

« En application des dispositions de l’article 23 de la loi N°16/2011 du 14 février 2012 portant modification de la loi N°24/96 du 6 juin 1996 relative aux partis politiques, les actes de ce Congrès extraordinaire ont été notifiés, pour information, au Ministère de l’Intérieur, qui par récépissé N° 0006/MI/SG/CJ du 23 décembre 2020, en a pris note. En conséquence, le RHM n’a plus aucune existence juridique. Il s’est mué en RPM avec ses structures et son patrimoine ». 

Ce sont là les quelques explications apportées par le 3e Vice-Président du Rassemblement pour la patrie et la Modernité (RPM), l’honorable Edgard Owono Ndong pendant son point de presse donné hier au siège de son parti. On y voit bien dans la démarche du député du deuxième siège du canton Ellelem, une volonté de prouver la légitimité et la légalité de la formation politique présidée par Alexandre Barro Chambrier. 

Sauf que dans les faits, bien qu’ayant procédé au changement de dénomination, de logo, procédure ayant abouti à la délivrance d’un recepissé provisoire, le RPM ne peut définitivement éteindre le RHM qui existe jusqu’à délivrance du recepissé définitif par le ministère de l’Intérieur au RPM. « Les députés RPM ne sont pas députés RPM mais RHM du point de vue de la légalité. A l’Assemblée nationale, ils sont encore députés RHM… D’où ce problème de récépissé….», explique un cadre du Rassemblement pour la patrie et la Modernité du reste proche de Barro Chambrier. 

Ce dernier de préciser, « Le RHM se mue en RPM… Mais la ce n’est que le récépissé de dépôt or il nous faut le récépissé définitif afin que les députés changent de nom à l’Assemblée Nationale et pour que par voie de conséquence la démarche du RHM ne soit plus légitime ». 

On comprend donc aisément que l’écueil contre lequel se heurte Alexandre Barro Chambrier est lié à l’absence de ce recepissé définitif. Un manquement qui de facto légitime la position de Michel Menga qui pendant son congrès de clarification n’a pas cessé de rappeler que « le Rassemblement héritage et modernité est un parti qui existe toujours légalement n’en déplaise à ceux qui ont voulu l’anéantir ». 

Une position fidèle à celle qu’il avait déjà il y a près de deux ans. « C’est eux qui ont décidé de quitter RHM. Moi je n’ai jamais dit que je quittais RHM. Ils se sont exclus eux-mêmes du parti », avait-il déclaré. 

Une situation qui met dans l’indécision et l’incertitude les députés RMH désormais RPM qui peuvent faire l’objet d’une exclusion du Rassemblement héritage et modernité, parti originel. Exclusion qui aurait systématiquement pour conséquence, la perte de leur mandat à l’Assemblée nationale. Vont-ils prendre le risque de se faire exclure du RHM et perdre ainsi leurs mandats au nom d’une prétendue fidélité à Alexandre Barro Chambrier ? 
C’est à n’en point douter la réflexion que plusieurs députés mènent actuellement. Même si à l’occasion de sa conférence de presse l’honorable Edgard Owono Ndong, député du deuxième siège du canton Ellelem, du reste 3e Vice-Président du RPM a tenu à rassurer, tout le monde est conscient du fossé entre les discours et le pragmatisme en politique. 

Laissez votre commentaire

Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Bestheinfusion