Gabon: les agents de l’AGP de nouveau dans la tourmente

Alors qu’on pensait les déboires de l’Agence gabonaise de presse derrière elle, la situation au sein de ce média qui dispose de deux supports d’information, le site d’actualités AGP.com et le journal papier Gabon matin, semble de plus en plus précaire. Pour cause, les agents de cette structure ne percevraient plus leur salaire depuis plusieurs mois et exercent désormais dans la précarité. 

Malgré les discours de bonne volonté de l’Administrateur directeur général de l’Agence gabonaise de presse, entreprise éditrice  du journal papier Gabon Matin, El Mut Moutsinga Boulingui, la structure semble retomber dans les mêmes travers. Selon une source bien introduite au sein de la direction générale les « agents contractuels de l’AGP-Gabon Matin n’ont pas de salaires » depuis plusieurs mois. 

Outre la question épineuse du nonpaiement des salaires depuis six mois déjà, qui a pour conséquence de mettre le personnel dans une position de précarité indescriptible, ces derniers rencontrent également d’énormes difficultés du fait de la dégradation de l’outil de travail. A l’ère du tout numérique, ils ne disposent pas d’ordinateur portable, elle a également accumulé une dette de près de trois millions de Fcfa à Gabon Télécom qui a pour conséquence la cessation de la fourniture internet depuis des mois.

De nombreux agents se questionne d’ailleurs sur la destination qu’aurait prise la subvention de l’année 2018 qui s’élevait à un peu plus de 320 millions de Fcfa. « L’ancien Directeur général s’est amusé en donnant de gros salaires aux gens en oubliant que Gabon matin avait des dettes estimées à 70 000 000 à Multipress », nous a confié un fonctionnaire au sein de cette structure. 

Face à cette situation, qui devrait interpellé le ministre de la Communication Rigobert Ikambouayat Ndeka, les agents ne savent plus à quel saint se vouer et espère qu’un audit sera diligenté pour faire la lumière sur la gestion de la subvention destiné au fonctionnement de l’agence. 

Laissez votre commentaire