vendredi,18 septembre 2020
Accueil Derniers articles Gabon: les agents de la sécurité pénitentiaire livrés à l'extrême précarité

Gabon: les agents de la sécurité pénitentiaire livrés à l’extrême précarité

Les 1700 recrues de la sécurité pénitentiaire sous la tutelle du ministère de la Justice, Garde des Sceaux, tirent toujours le diable par la queue plus de 3 ans après leur prise de fonction. En effet, comme le rapporte notre confrère L’Aube, ces agents publics contraints d’être présents à leurs postes sous peine de sanction, sont réduits à recevoir une chétive bourse qui va de « 80 000 à 120. 000 Fcfa » . 

Depuis plus de 3 ans, les 1700 agents pénitentiaire issus des dernières promotions sont plongés dans une précarité qui ne dit pas son nom. Et pour cause, leurs situations administratives et financières n’ont pas été régularisées. D’après une source bien renseignée à ce propos qui s’est confiée à notre confrère L’Aube, « les agents pénitentiaires sont réduits à recevoir une maigre bourse oscillant entre 80 et 120 000 Fcfa », a-t-elle indiqué. 

Cette rémunération qui s’entrevoit comme une pension alimentaire voire une bourse d’études n’est pourtant pas leur salaire. Les concernés révèlent que c’est le ministre de tutelle sortant Edgard Anicet Mboumbou Miyakou qui aurait instruit son collègue du budget Jean Fidèle Otandault pour que cette allocation leur soit versée en attendant leur intégration complète. Seulement dans le même temps, ces agents sont contraints de remplir l’entièreté de leur mission.

Après 3 ans de jachère non justifiée, l’on  est peut-être en droit de s’interroger sur le sort réservé à ces compatriotes qui sont pour la plupart des pères et des mères des familles. Il va sans dire qu’ils supportent des charges fixes et variables largement supérieures à ce que l’Etat leur reverse. Pour l’heure, Erlyne Antonella Ndembet épouse Damas semble indifférente, préférant se terrer dans un mutisme accusateur. 

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Street 103 Gabon Gmt