Gabon: Lee White présente « TraCer » à l’ONG Environmental Investigation Agency

Gabon Gabonmediatime 14 (1)
Presentation de "TraCer" le nouvel outil de certification et de traçabilité du bois © DR

Le jeudi 29 août dernier, la zone économique à régime spécial de Nkok a reçu la visite d’un hôte de marque en la personne du ministre de la Forêt de la Mer de l’Environnement chargé du plan climat Lee White. Ce dernier a notamment profité de cette occasion particulière pour présenter TraCer le nouvel outil de certification et de traçabilité du bois gabonais, au président de l’ONG Environmental Investigation Agency (EIA) Alexander Von Bismarck.

C’était la principale raison de la visite du ministre de la Forêt, de la Mer, de l’Environnement chargé du Plan climat Lee White, jeudi dernier dans la Zone économique spéciale (ZES) de Nkok. Le membre du gouvernement, qui était accompagné du président de l’ONG Environmental Investigation Agency (EIA) Alexander Von Bismarck, a tenu à présenter à ce dernier le TraCer, un outil à la fois technique et stratégique développé par Brainforest.

En effet, logé au sein du bâtiment de l’Autorité Administrative de la ZES de Nkok, TraCer est un « bureau indépendant de certification et de traçabilité » constitué de cinq (5) structures dirigeantes réparties entre une coordination technique, une diligence raisonnée, une inspection de traçabilité, une saisie et reporting ainsi qu’une assistance certification. Ses missions se résumant à filtrer, comptabiliser et s’assurer de la traçabilité des grumes avant qu’elles n’entrent dans la ZES de Nkok. 

Offrant au Gabon un processus de transparence et de lutte contre la déforestation et la corruption qui ont longtemps été une gangrène pour ce secteur, cet outil apparaît aujourd’hui comme une solution à court et moyen termes. Lee White ne s’y trompe d’ailleurs pas en indiquant que « l’objectif est de nous assurer de la crédibilité et de la légalité du bois « Made in Gabon » afin qu’il soit écologiquement durable, traçable, et pleinement conforme aux lois internationales ».

Saluant cette avancée non négligeable au regard de l’importance du bois en tant que ressource économique, et de l’importance des forêts pour le climat, Alexander Von Bismarck s’est dit « ravi des progrès qui ont été réalisés pour améliorer la gouvernance dans le secteur forestier au Gabon ». Le président de l’ONG Américaine a également révélé que les consommateurs américains seraient très intéressés par le bois gabonais, à condition qu’il soit exploité dans des conditions optimales. 

Laissez votre commentaire