samedi,27 novembre 2021
AccueilDerniers articlesGabon: Lee White à un panel d'experts sur les conséquences du Covid-19...

Gabon: Lee White à un panel d’experts sur les conséquences du Covid-19 en Afrique

Ecouter cet article

Autour de membres du congrès américain et d’experts internationaux militant pour la préservation de la faune notamment, le ministre des Eaux, des Forêts, de la Mer, de l’Environnement Lee White, a pris part ce mardi 12 mai à une importante séance de travail. Axée sur les conséquences du Covid-19 en Afrique, ce panel a permis d’évoquer la sensible question du développement des communautés locales.

Organisée par la Fondation du Caucus international pour la conservation (ICCF), la séance de travail de ce mardi 12 mai, à laquelle participaient notamment des membres du Congrès américain et de nombreux experts internationaux sur les questions de développement durable dont le Pr Lee White ministre des Eaux, des Forêts, de la Mer, de l’Environnement, avait pour principal objectif de trouver des solutions en vue de développer des politiques en faveur de la préservation de la faune. 

En effet, objectif n°15 contenu dans les objectifs de développement durable (ODD), la protection de la faune, de la flore et de la biodiversité terrestre, des écosystèmes menacés, apparaît plus que jamais indispensable dans ce contexte de crise sanitaire liée au Covid-19, qui nécessite une prise de conscience collective. A travers ce panel portant entre autres sur les conséquences du Covid-19 en Afrique, les participants ont donc voulu placer ces questions au centre des débats. 

S’il s’est pleinement inscrit dans cette logique de conservation, en déclarant que « le commerce des espèces sauvages et la consommation de viande de brousse jouent un rôle indéniable dans la transmission de pathogènes des animaux aux humains »  le Pr Lee White, a insisté sur le fait qu’au lieu « d’interdire la chasse et le commerce d’espèces sauvages qui représentent une importante source de protéines et de revenu pour les ménages ruraux et urbains » il faudrait trouver « des solutions locales et donc améliorer notre connaissance des maladies zoonoses ». 

Pour ce faire, l’ancien Secrétaire Exécutif de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN), a invité les panélistes à « identifier les espèces animales les plus susceptibles de transmettre des maladies à l’Homme et interdire leur consommation comme ce fut le cas pour les primates avec le virus Ebola ». IL n’a d’ailleurs pas manqué de rappeler que « le Gabon a récemment interdit l’exploitation de toutes les espèces de pangolin et de chauve-souris responsables de la pandémie du Covid-19 ». Un premier pas vers cet objectif à long terme.

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttps://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Enami Shop