Gabon: Léandre Nzue prend officiellement ses quartiers et promet d’assainir Libreville

Le maire de Libreville Léandre Nzue © D.R

Le maire de Libreville, Léandre Nzue, vient d’être installé ce 11 mars par le ministre d’Etat en charge de l’Intérieur, Lambert-Noël Matha. Dès sa prise de fonction, le nouveau maire central de Libreville promet de rendre la vie des Librevillois plus belle.



Depuis l’élection des conseils municipaux le 3 février dernier, les maires étaient très attendus par les usagers. Aujourd’hui, c’est fait. Le maire de la commune de Libreville Léandre Nzue a été installé ce lundi 11 mars avec ses cinq adjoints par le ministre d’Etat en charge de l’Intérieur, rapporte notre confrère L’Union. Le nouveau locataire de l’Hôtel de Ville, conscient de la lourde tâche qui est la sienne, affiche son ambition.

« Je vais m’attaquer avec détermination à la question de l’insalubrité, à l’incivisme sous toutes ses formes, l’occupation anarchique du domaine municipal et notamment des trottoirs, aux nuisances sonores qui troublent en permanence la quiétude », rapporte notre confrère.

La commune de Libreville est vaste et semble donner du fil à retordre aux nombreux maires qui s’y succèdent. C’est donc un chantier gigantesque que devra affronter le nouveau maire. Pourtant, Léandre Nzue n’en démord pas et promet de tout faire pour « rendre Libreville propre, belle, attrayante et prospère ». Une mission difficile qui se traduira par « l’assainissement, le développement économique et social, et la qualité de la vie à Libreville qui seront au coeur de mon projet », a assuré l’édile de Libreville.

En outre, le nouveau locataire de la mairie centrale de Libreville protégera sa ville en sanctionnant tous ceux qui tenteront d’une manière ou d’une autre de saboter sa mission de salubrité. « Les responsables de l’insalubrité des incivilités génératrices de saleté dans la ville, des nuisances sonores doivent s’attendre à payer désormais le prix fort » a-t-il prévenu.

Quand l’on sait par quoi Libreville est passée ces derniers mois, avec les nombreuses immondices qui jonchaient les rues de la capitale et qui offraient un spectacle désolant pour son image, en plus des odeurs nauséabondes qui étouffaient les populations, à cause des arriérés dus à l’entreprise Averda par l’Etat gabonais, le nouvel édile de la commune ne doit pas oublier de s’inclure dans le tableau des responsabilités. Les mêmes causes produisant les mêmes effets, le maire devra veiller à ne pas être son propre bourreau en évitant de commettre les mêmes erreurs que son prédécesseur.

Laissez votre commentaire