Gabon : le Woleu-Ntem et le Moyen-Ogooué, provinces les plus impactées par le VIH/Sida

Gabon Gabonmediatime Vih Sida Gabon
Le taux de prévalence sur le territoire en baisse de 3,8% © D.R.

L’étude scientifique de l’enquête démographique et de santé du Gabon (EDSG) pour le compte de l’année 2019 a révélé qu’en plus d’avoir été décuplés par 4 chez les jeunes de 15-24 ans, les taux de prévalence VIH/ Sida sont les plus élevés dans les provinces soeurs du Woleu-Ntem et du Moyen-Ogooué avec respectivement 7,2% et 5,8%. Un chiffre qui pourrait s’alourdir avec la finalisation de la collecte d’informations. 


A l’heure où la communauté internationale commémore la 31ème journée mondiale du Sida, le Gabon n’est pas resté en marge. Sous l’égide du programme national de lutte contre les infections sexuellement transmissibles (PNLIST) et du Fonds des nations unies pour l’enfance (UNICEF), une série de séminaires a été organisée dans l’optique de toujours sensibiliser les populations. Occasion pour cet organe de noter le net progrès en termes de baisse de prévalence sur le territoire avec un taux de 3,8%, soit 0,3 point de moins qu’en 2012.

Ce résultat marque sans doute la relative prise de conscience de toutes les parties concernées. En effet, le rapport en finalisation de l’enquête démographique et de santé du Gabon (EDSG) a révélé une forte concentration chez les filles de 15 à 24 ans. Ce qui met en exergue la précocité sexuelle de la jeunesse gabonaise. 

Par ailleurs, le rapport a permis de repartir le taux de prévalence national selon les provinces du Gabon. Et comme en 2012, le Woleu-Ntem est la province  la plus affectée avec 7,2 %. Elle est suivie de près par le Moyen-Ogooué à 5,8% et la Ngounié à 4,9%. Ex aequo sont la Nyanga et le Haut-Ogooué avec 4,2%. Le bas du tableau est occupé par l’Ogooué-Maritime, L’Estuaire et l’Ogooué-Ivindo avec respectivement 4%, 3,7 % et 2,5%. Vivement que le PNLIST mette en place des mécanismes préventifs afin d’endiguer ces statistiques néfastes pour l’épanouissement de la jeunesse.

Laissez votre commentaire