Gabon: le transport aérien en perte de vitesse

© D.R

L’activité du transport aérien gabonais a enregistré des résultats pour le moins mitigés à la fin décembre 2018. Entre mouvements commerciaux des avions et nombre de passagers en baisse respectivement de plus de 11% et plus de 3%, le secteur a notamment souffert de la forte baisse des fréquences des vols sur le réseau domestique, mais aussi sur le réseau international.



Pouvant s’expliquer au niveau national par la suspension provisoire qui a pesé sur la compagnie aérienne Nationale Régionale Transit (NRT), la baisse du niveau des vols du réseau domestique, a eu un impact négatif sur toute l’activité aérienne. Ainsi, de 8431 vols en 2017, ce sont 7214 vols qui ont été enregistrés en 2018 soit une baisse de 14,4%.

Pour ce qui est du réseau international, il a notamment souffert de l’arrêt des dessertes de South African Airways et des difficultés de Trans Air Congo. Ainsi le nombre de vols commerciaux internationaux est passé de 11012 en 2017 à 9959 en 2018 soit une baisse de 9,6%, ce qui a entraîné la baisse du nombre de passagers en glissement annuel, de 815938 en 2017, à 789514 en 2018 soit plus de 3%.

Si le volume du fret a su tirer son épingle du jeu en s’appréciant de 4,3 % à 12742 tonnes en 2018, grâce notamment aux efforts de Solenta Aviation au niveau national, et à la bonne tenue du trafic d’Air France, d’Allied Air Limited et de Corex sur le plan international, le secteur aérien a globalement souffert des difficultés des mouvements d’avions commerciaux.

Nul doute que le nouveau partenariat entre Ethiopian Airlines et Asky qui devrait booster le nombre de vols hebdomadaires, en plus des nouveaux opérateurs sur le marché à l’image de Rwandair, devrait permettre à ce secteur d’améliorer ses  performances en 2019, et faire de lui un véritable pilier de l’économie.

Laissez votre commentaire